newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM







Cliquez sur les rubriques de votre choix :


> L'ENSEIGNEMENT

> L'AGRICULTURE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

non_psu

Tribune Socialiste N°35, 7 Janvier 1961

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

OTAGESaLGERIE

Tribune Socialiste N°98, 21 Avril 1962 "Gagner la bataille de l'amnistie"

 

 

 

FRONT SOCIALISTE

Tribune Socialiste N° 174, 4 Janvier 1964

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aff_67

"Le Parti de votre avenir"Affiche pour les élections législatives de janvier 1967, Bécon-Les-Bruyères © Photo Collombert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

charlety

Marc Heurgon et Pierre Mendès France au Meeting de Charléty le 27 Mai 1968 © Photo Collombert

 

 

 

 

 

 

 


LES ESU ET LE PSU

1960

Le PSU est fondé le 3 avril 1960 lors du congrès d'Issy-les-Moulineaux. Au même moment, une conférence nationale organise les 800 étudiants que compte le Parti et désigne le premier SNE (Syndicat National Étudiant).

La lutte contre la guerre d'Algérie est un des principaux enjeux à partir duquel les organisations constitutives du PSU procèdent à leur fusion. Cette décision est une condamnation de la position colonialiste de la SFIO, de l'expédition de Suez à la guerre menée contre le peuple algérien luttant pour son indépendance et à l'attentisme prudent du PCF.

Le premier congrès du PSU se tient les 24, 25 et 26 mars 1961 à Clichy. On y parle avec Serge Mallet de « néo-capitalisme », « d'instauration du socialisme » et non du retour à une « simple démocratie rénovée ».

Dates repères pour suivre l’itinéraire du PSU
Critique Socialiste N° 38-39, 1980 " La Préhistoire du P.S.U. "

JUIN 1960 ● RENOUVELLEMENT DU SOCIALISME ● Édouard Depreux , secrétaire national du P.S.U. écrit un livre sur les objectifs de la doctrine socialiste dans une France qui change. Il souligne le décalage entre ce qui est dit et ce qui est fait et la nécessité d’opérer un changement nécessaire dans la réflexion. Édité chez Calmann-Lévy son livre est un texte militant, préfacé par Pierre Mendès-France. Ce livre est toujours disponible.
Tribune Socialiste N°10, 11 Juin 1960

27 OCTOBRE 1960 ● MANIFESTATION UNITAIRE CONTRE LA GUERRE D’ALGÉRIE ● Confrontée à une insoumission grandissante de la part des jeunes qui ne souhaitent pas payer pour une guerre dont ils ne veulent pas, l’UNEF remobilise les forces de gauche et met sur pied une manifestation nationale qu’elle souhaite unitaire.
Le Bureau National du PSU soutient cette initiative et souhaite l’unité d’action pour la paix en Algérie au-delà de la polémique des centrales syndicales.
Entre le 15 et le 25 octobre les discussions entre syndicats sont vives : la CGT et le PCF s’acharnent par tous les moyens à faire échouer la manifestation contre l’avis de leurs militants.
Malgré les interdictions préfectorales, le matin du 27 Octobre la première manifestation de masse à Paris contre la guerre d’Algérie est confirmée.
Le PSU est le seul parti à soutenir pleinement la manifestation qui rassemble les militants de l’UNEF et des comités contre la guerre, la FEN, la CFTC et pour Paris, FO. Cette manifestation est marquée par des charges de police très violentes qui font de nombreux blessés. En province des manifestations sont aussi organisées avec le soutien du PSU.
Lire la Déclaration de Pierre Gaudez, Président de l’UNEF au nom des syndicats parisiens CFDT, FO et FEN
et celle de Robert Duvivier, Délégué Général de l’Union Régionale parisienne CFTC
Lire Histoire du PSU 1- La fondation et la guerre d’Algérie 1958-1962, Marc Heurgon pp.175 à 185.

OCTOBRE 1960 ● LA FORCE DE FRAPPE : EXTENSION DES POUVOIRS DE L’ARMÉE ● La discussion sur le projet de force de frappe atomique à l’Assemblée pose avant tout la question de la politique militaire de la France. Au-delà des discussions techniques, pour les européens de style M.R.P.et S.F.I.O., c’est la question de la prolongation de la guerre en Algérie au compte de l’OTAN, pour les socialistes du P.S.U., au-delà d’un instrument technique, c’est le symbole d’un développement des pouvoirs de l’armée sur le pays, d’une emprise de plus en plus profonde du système militaire sur la jeunesse, sur les milieux professionnels, sur l’économie, sur les rapports extérieurs. Il est urgent donc de proposer plutôt une politique de démilitarisation et d'expliciter largement les dangers de tels projets.
Tribune Socialiste N°24, 22 octobre 1960

1961

JANVIER 1961 ● PROPAGANDE OFFICIELLE ● Des moyens considérables sont donnés à ceux qui encouragent le « oui » au  référendum en France comme en Algérie. Le P.S.U., par la volonté du pouvoir est au contraire écarté de la propagande.
Tribune Socialiste N°35, 7 Janvier 1961

6 JANVIER 1961 ● LE NON DU PSU ● Pour la négociation immédiate pour la paix en Algérie, contre les supercheries du référendum, contre le pouvoir gaulliste, le P.S.U. appelle à un grand meeting le vendredi 6 janvier. Gilles Martinet dans l’éditorial de Tribune Socialiste démontre que la mise en place du référendum n’est qu’un moyen pour le gouvernement gaulliste de retarder la paix et les négociations. C’est par opposition à toutes les tergiversations gouvernementale que le P.S.U. choisit le "Non" au référendum. Charles Lussy dans un article connexe dénonce l'usage du référendum qui n'est en fait qu'un plébiscite et un chantage de la part de De Gaulle comme en 1958.
Tribune Socialiste N°35, 7 Janvier 1961 signé Gilles Martinet. Lire aussi le point de vue de Charles Lussy : « Non au plébiscite »

13 FÉVRIER 1961 ● ANDRÉ FÉRET CONDAMNÉ À DEUX ANS DE PRISON ● IL FAUT UN STATUT DE L’OBJECTION  DE CONSCIENCE ● André Féret, ouvrier carreleur de 21 ans, a renvoyé, à un retour de permission, ses affaires militaires et n’est pas retourné au combat, objectant une crise de conscience qui l’empêchait de prendre les armes. Le P.S.U, à l’initiative d’une conseillère municipale de Rouen, membre du parti, a créé un Comité de soutien rouennais pour les « chantiers civils ». Ce comité luttera sans exclusive avec tous ceux qui éveillent l’opinion sur la réalité de la guerre d’Algérie et avec tous ceux qui réclament un statut de l’objection de conscience.
Tribune Socialiste N°50, 22 Avril 1961

MARS 1961● LE RÔLE DES JEUNES ET DES ÉTUDIANTS ● LE MILITANTISME ET LA DISCIPLINE ● Alain Geismar souligne la nécessité, pour le bon fonctionnement du P.S.U. d’intégrer complètement les préoccupations des jeunes et plus particulièrement des étudiants adhérents dans l’action du Parti. Cette prise en compte doit être un engagement à agir au-delà des motions. En contre parti, les jeunes et les étudiants sont intégrés au Parti et doivent en cela se soumettre aux décisions démocratiquement prises par les organes délibératifs de celui-cii afin qu’il y ait une unité d’action. Pour cela la formation des militants s’impose.
Alain Geismar : Tribune de discussion in Tribune Socialiste N° 43, 4 Mars 1961

24 -26 MARS 1961 ● CLICHY ● CONGRÈS P.S.U ● En amont du congrès, appel d’Édouard Depreux à l’unité, alors que le P.S.U. n'est pas monolithique. Pour lui, la diversité des familles spirituelles socialistes peut être une cause d'enrichissement, si l'esprit de clan est résolument banni. Appel pour la construction d’un vrai socialisme, vers une véritable démocratie non plus seulement politique, mais économique et sociale qui devra être irréversible. Il déclare : «  Notre « j'accuse » se doit d'être percutant et complété par l'élaboration et la diffusion d'un programme s'attaquant à la structure même du régime. »
Tribune Socialiste N°45, 18 Mars 1961 Edito

13 AVRIL 1961 ● COMMUNIQUÉ DU BUREAU NATIONAL ● Constat est fait avec satisfaction que le Général de Gaulle accepte désormais la thèse d’une Algérie indépendante et souveraine, ce qui constitue une victoire pour le peuple algérien et tous ceux qui se sont battus pour la paix. Cependant le Bureau insiste pour que la lutte unitaire de toutes les organisations s’accentue pour exiger l’ouverture immédiate de négociation préalable avec le G.P.R.A et la reconnaissance du principe d’indépendance sur tout le territoire de l’Algérie
Tribune Socialiste N° 50, 22 Avril 1961

17 AVRIL 1961 ●UN APPEL DU P.S.U : POUR LE 1ER MAI ● RELANCE DE L’ACTION COMMUNE POUR LA NÉGOCIATION ● La journée du 1er Mai, journée de solidarité internationale, doit être l'occasion d'exercer une  pression forte sur le gouvernement pour l’ouverture des négociations pour la paix et l’indépendance en Algérie. Cette journée devra être la plus unitaire possible  et avoir comme mot d'ordre essentiel : la Paix en Algérie. Appel du Bureau National du P.S.U. signé Edouard Depreux, Secrétaire Général.
Tribune Socialiste N°50, 22 Avril 1961

24 AVRIL 1961 ● L’ACTION DU P.S.U. POUR L’UNITÉ DES MASSES POPULAIRES ● La tentative de putsch des généraux à Alger des 21-22 avril 1961 a déclenché une grève très suivie dans toute la France. Le Bureau National du P.S.U. retrace toutes ses démarches pour réaliser le plus rapidement possible la plus large mobilisation des forces syndicales et politiques en riposte à cette tentative de coup d’Etat.
Tribune Socialiste N° 51, 29 Avril 1961

6 JUILLET 1961 ● COMMUNIQUÉ DU P.S.U. ● La journée du 5 juillet a été marquée par une répression brutale en Algérie. Le gouvernement français après avoir accepté le principe de l’autodétermination tente par tous les moyens de la retarder. Le partage de l’Algérie ne peut avoir qu’une conséquence désastreuse et renforce les déterminations du FLN et le renforcement de la solidarité entre le nationalisme algérien et les autres nations africaines. Le Bureau National du P.S.U appelle l’opinion à manifester par tous les moyens pour imposer une vraie négociation pour la fin de la guerre.
Tribune Socialiste N° 62, 15 Juillet 1961

13 JUILLET 1961 ● CONTRE UN REGIME USÉ : LE FRONT SOCIALISTE ● Le mythe gaulliste qui faisait du Général un sauveur s’use et chacun comprend de mieux en mieux que son pouvoir personnel s’intensifie et voudrait même se prolonger par la nomination d’un dauphin ! La guerre d’Algérie se prolonge de façon la pire, la guerre scolaire est ranimée et les moyens dont devrait disposer l’université sont inexistants tandis que les étudiants qui dénoncent cette situation voient leurs bourses supprimées. Un communiqué du Bureau National appelle au regroupement des forces de gauche pour imposer le front socialiste face au pouvoir personnel en place.
Tribune Socialiste N° 63, 22 Juillet 1961 signé Édouard Depreux

21 SEPTEMBRE 1961 ● DÉCLARATION DU BUREAU NATIONAL DU P.S.U.● Au-delà de l’abandon de l’article 16 qui paralyse toutes discussions à l’Assemblée Nationale, le Bureau National appelle à l’union et à l’action pour faire face aux menaces de l’OAS et organiser un régime démocratique qui redonne confiance à tous les acteurs politiques et sociaux. Il invite à la constitution d’une force de contestation rassemblant les syndicats ouvriers et paysans, les organismes de jeunesse et les partis politiques,  pour bâtir un programme et des objectifs qui ouvrent la voie à une transformation profonde de la société.
Tribune Socialiste N°69, 30 Septembre 1961

30 SEPTEMBRE – 1er OCTOBRE 1961 ● RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR LE COMITÉ POLITIQUE NATIONAL ( P.S.U.) ● La politique contradictoire suivie par le Général De Gaulle a entraîné une situation explosive en Algérie. Le fascisme militaire de l’O.A.S. tend peu à peu à substituer son autorité à celle du Gouvernement central. Devant une telle situation le P.S.U. appelle à la mobilisation populaire contre le fascisme, pour le renversement du régime et la constitution d’un front socialiste. Il invite les organisations politiques et syndicales à tout mettre en œuvre pour la résistance anti-fasciste et l’organisation de meetings, colloques et manifestations de masse. Appels unitaires pour l’autodéfense anti O.A.S. dans l’Hérault, à St Etienne et à Montpellier.
Tribune Socialiste N° 70, 7 Octobre 1961

1er NOVEMBRE 1961 PARIS ● MANIFESTATION ORGANISÉE PAR LE PSU CONTRE LE RACISME Deux manifestations sont organisées à Paris : l'une par le Comité AUDIN, (Comité constitué par Laurent Schwartz et un groupe d’intellectuels français,en mémoire de Maurice Audin mort sous la torture en Algérie alors qu’il était assistant en Mathématiques à l’université d’Alger.), l’autre par le PSU toutes deux contre le racisme. Aucun incident n'est à déplorer.
(Extrait Analyses et documents, N°22, 2 novembre 1961)

3 DÉCEMBRE 1961 ● COMMUNIQUÉ DU COMITÉ POLITIQUE NATIONAL (PSU) ● La guerre d’Algérie est parvenue à un tournant décisif compte tenu d’un accord imminent entre le gouvernement français et le G.P.R.A.. Cependant cet accord risque, une fois de plus, d’être mis en péril par la pression forte qu’exerce l’O.A.S. sur la politique gouvernementale. La lutte pour la paix devient inséparable du combat anti fasciste. Ce communiqué du 3 décembre, plus précis que celui du 3 Octobre de la même année appelle à la mobilisation de tous pour éviter la fascisation du régime et cible concrètement la lutte. Il propose la dénonciation des complaisances dont disposent l’O.A.S., de désavouer publiquement leurs activités et d’organiser une riposte à l’échelon national par une action de masse pour une alternative au régime.
Tribune Socialiste N°79, 9 Décembre 1961

DÉCEMBRE 1961 ● MIEUX VAUT TARD …● Après les manifestations du 19 Décembre organisée par le P.S.U, les quatre grandes organisations syndicales mais aussi de nombreux militants de la S.F.I.O, le gouvernement ignore l’avertissement et la faillite de sa propagande. ● M.PAPON COUVRE LES BRUTALITÉS POLICIÈRES ● M.FREY COUVRE M.PAPON ● DE GAULLE COUVRE M.FREY ● Bilan de la manifestation par les autorités de police. Témoignages et divergences de point de vue au sein de la Police.
Tribune Socialiste N° 82, 31 Décembre 1961 : "Mieux vaut tard..." et "M.Papon couvre les brutalités policières"

1962

27 AVRIL 1962 ● DES OTAGES … ET DES AUTRES ● Lors de son discours d’investiture, ce 27 Avril, Pompidou déclare que pour régler la question des militaires prisonniers du F.L.N. ou disparus, la France a suspendu la libération des prisonniers algériens. Ce raisonnement est d’autant plus à dénoncer que les prisonniers libérés n’ont en fait été que renvoyés en Algérie même s’ils étaient intégrés avec leur famille en France. Appel pour une mobilisation forte pour la libération de tous les prisonniers français ou algériens, contre l’exil forcé, ou la clandestinité.
Tribune Socialiste N° 100, 5 Mai 1962

MAI 1962 ● BATAILLE SOCIALE : CHANCE DU FRONT SOCIALISTE ● "Au-delà des revendications de salaires, une grève comme celle de la S.N.C.F. fait apparaître une protestation d'ensemble contre la condition faite aux ouvriers. Non seulement un plus grand nombre d'entre eux se méfient des propositions du régime, mais ils prennent un peu plus conscience de la nécessité de réformes fondamentales. C'est pourquoi le terrain social sera dans les prochains mois celui des principales batailles politiques. Aujourd'hui, l'effort pour le Front socialiste doit être transporté sur le terrain social."
Tribune Socialiste N° 100, 5 Mai 1962 signé Pierre Belleville

1963

7 DÉCEMBRE 1963 ● LA POLITIQUE DU CONTRE-PLAN ● A la suite du Congrès de la Grange-aux-Belles, le PSU lance un appel aux organisations des travailleurs, de la jeunesse et du monde enseignant afin d’établir en commun un « contre-plan ». Cet appel est le point de départ d’une campagne d’explication et d’action pour la lutte contre le régime personnel et technocratique. Il faut que ce « contre-plan » prenne en compte les évolutions de la société et fédère toutes les forces de gauche au travers des confrontations et des discussions publiques au-delà des revendications catégorielles ou défensives. C’est une proposition de discussions ouvertes, et d'actions communes pour aller au-delà d'une unité qui ne serait que défensive.
 Éditorial signé Jean Verlhac in Tribune socialiste N°172, 7 Décembre 1963
Appel du P.S.U.- Tribune Socialiste N°172, 7 Décembre 1963

1964

23 NOVEMBRE 1964 ● LE CONTRE-PLAN PRÉSENTÉ PAR LE P.S.U. ● "Au moment où le Parlement commence l’examen du projet gouvernemental d’ « Options pour le Vème Plan », le P.S.U. tient à rappeler son opposition à ce projet et à formuler de façon détaillée, les bases du contre-plan qu’il propose comme plate-forme commune à l’ensemble des forces de gauches françaises, syndicales et politiques. "
Texte intégral : « le Contre-Plan  présenté par le P.S.U., 23 Novembre 1964

DÉCEMBRE 1964 ● LA PLATE-FORME PRÉSIDENTIELLE ● La préparation des élections municipales et présidentielles de 1965 renforcent la position du Conseil National du P.S.U de présenter une candidature unique de l’opposition de gauche et de mettre en place une plate-forme politique. Il propose une plate-forme portant sur 4 points essentiels : mise en place d’institutions pour une période de transition mettant fin au pouvoir personnel et ouvrant la voie de la démocratie socialiste, définition et organisation d’une politique d’indépendance dans le cadre de l’Europe, proposition pour une réforme des structures de l’enseignement, et enfin mise en œuvre du contre plan économique et social.
Tribune Socialiste Supplément au N°217, 5 Décembre 1965

16 DÉCEMBRE 1964 ● LA GRÂCE DES CINQ + 200 : TEL EST LE BON PLAISIR DU PRINCE… ● Ce 16 Décembre cinq militants pour l’indépendance de l’Algérie ont été graciés ainsi que cent détenus O.A.S. Il reste encore trois militants emprisonnés. Le même jour une seule signature a réuni les bourreaux et ceux qui se sont battus pour les victimes. Les militants du P.S.U. se mobilisent pour réclamer l’amnistie et non la grâce, pour les déserteurs, les insoumis, les proscrits encore emprisonnés.
Tribune Socialiste N°176, 4 Janvier 1964 signé Louis Houdeville
Tribune Socialiste N° 214, 14 Novembre 1964 : Allocution de Suzanne Gerbe en faveur des trois jeunes encore emprisonnés 2 ans après la proclamation de l’indépendance de l’Algérie

1965

25 MARS 1965 ● SECRÉTARIAT NATIONAL P.S.U. ● LETTRE DE MARC HEURGON : AU PRÉSIDENT DE L’UNEF B.SCHREINER ● LES ÉTUDIANTS DU PSU SERONT PRÉSENTS A LA JOURNÉE NATIONALE D’ACTION ORGANISÉE PAR L’UNEF LE 23 MARS ● Le PSU demande l’Allocation Étudiante sur critères universitaires, et affirme la nécessité de combattre les projets de réorganisation de l’Université.
Lire la lettre de Marc Heurgon

MARS 1965 ● À PROPOS DU CONGRÈS DE L’U.E.C. ● Le Bureau National de l’U.E.C. avant son Congrès, adresse une lettre au P.C.F. dont le contenu est la remise en cause de l’analyse traditionnelle du capitalisme. La stratégie défensive imposée par l'analyse stalinienne est condamnée par le B.N. de l'U.E.C car elle ne répond plus au développement du capitalisme d’aujourd’hui. Au regard de cette analyse, il semble plus urgent que jamais que les courants rénovateurs de la gauche participent à la définition d'une stratégie globale d’alternative cohérente du mouvement socialiste qui élèvera le niveau de conscience des masses et permettra une unité durable des forces de gauche, au moment où le P.C.F., voulant réduire à sa merci l'U.E.C., prouve son refus de poser les vrais problèmes.
Tribune Socialiste N°230, 6 mars 1965 signé Jean-Claude Gillet

16 - 17 NOVEMBRE 1965 ● CONSEIL NATIONAL DU P.S.U ● RÉSOLUTION ● Le P.S.U invite les travailleurs à voter contre le système établi en 1958 par le Général De Gaulle. La création d’une plate-forme commune des forces de gauche n’a pas pu être mise en place pour les élections présidentielles. Il n’en demeure pas moins que seule l’instauration d’une démocratie socialiste bâtie sur de nouvelles structures institutionnelles, avec des réformes sur la planification et une politique étrangère différente sera la réponse au mécontentement provoqué par la politique gaulliste. Le P.S.U., ne nie pas que la candidature de Mitterrand ne réponde pas à ses objectifs mais appelle cependant à voter pour ce dernier, pour un renouveau de la gauche française.
L’Étudiant de France, Nouvelle Série N°1, Novembre 1965

1966

TRACT E.S.U/P.S.U ● "AVEC LES ÉTUDIANTS DU PARTI SOCIALISTE UNIFIÉ MENEZ LA LUTTE POUR LE SOCIALISME !"
1966-1967 : année de l’escalade au Vietnam, année de l’application du plan Fouchet, année d’une nouvelle bataille contre le gaullisme. Revendications pour une réforme des structures universitaires permettant : la gestion de l’université par ses usagers, la participation des étudiants à leur enseignement, l’apprentissage progressif de la profession , l’obtention de l’allocation d’études pour des études à plein temps.
Voir le Tract.

MARS 1966 ● ÉDITORIAL TRIBUNE ÉTUDIANTE N°3 ● Jean-François PERTUS, Secrétaire National E.S.U. précise la position du P.S.U. face à la Fédération de la Gauche Démocratique Socialiste (F.G.D.S.) créée sous l’impulsion de François Mitterrand le 10 septembre 1965 pour tenter de contrer la candidature de De Gaulle aux élections présidentielles. Il affirme que l’adhésion du P.S.U. à cette fédération ou d'une association ne se pose pas à l’heure actuelle. Le P.S.U. continue, comme il l'a toujours fait, de discuter avec les autres forces de gauche, et refuse toute fuite devant les problèmes qui lui apparaissent comme fondamentaux. Il souhaite simplement faire progresser dans la discussion comme dans l'action la stratégie de l'alternative socialiste.
Tribune Etudiante, Nelle Série, Mars 1966, N°3

30 AVRIL - 1er MAI 1966 ● DÉCOLONISER LA PROVINCE ● RENCONTRE SOCIALISTE DE GRENOBLE ● RAPPORT GÉNÉRAL PROPOSÉ PAR LE COMITÉ D'INITIATIVE AUX DÉLIBÉRATIONS DES COLLOQUES SUR LA VIE RÉGIONALE EN FRANCE Ce texte a été présenté par Michel Rocard, sous le pseudonyme de Georges Servet. Une partie de ce texte a été également publiée dans le Numéro 303 de Tribune Socialiste datée du 29 Novembre 1966 et a été également prononcé au Colloque de St Brieux en décembre 1966.
Texte intégral non signé et non daté

OCTOBRE 1966 ● LA GAUCHE VA-T-ELLE ENFIN SE RESSAISIR ? ● Édouard Depreux explique les raisons de l’appel du PSU pour l’élaboration d’un programme élaboré en commun avec toutes les forces de gauche pour une alternative socialiste au gaullisme.
Tribune Socialiste N° 299,  29 Octobre 1966

29 NOVEMBRE 1966 ● MENDÈS-FRANCE À MARSEILLE ● Venu à Marseille un peu avant les Journées d’Études du groupe « Rencontre Socialiste Régionale du Midi Méditerranéen », Pierre Mendès-France tient une conférence de presse sur la conjoncture économique. Il dénonce la politique de déplanification et le retour à une économie libérale. A ce laisser faire il oppose une politique démocratique et volontariste comprenant à la fois des mesures générales et correctrices dans certains secteurs. Il affirme qu’il faut des réformes de structure pour le foncier, pour le financement des collectivités territoriales, pour endiguer le déficit de la Sécurité Sociale et une réforme fiscale qui ne soit pas seulement une façon déguisée de peser sur les salaires.
 Le Phocéen, semaine du 26 Novembre au 2 Décembre 1966

1967

12 AVRIL 1967 ● LETTRE DE LA COMMISSION VIETNAM DU P.S.U ● L'aggravation de la situation au Vietnam et le nécessaire développement, en France, des manifestations de solidarité avec le peuple vietnamien, conduisent à préciser la position du P.S.U. sur un certain nombre de problèmes directement liés au conflit vietnamien et à mieux coordonner l’activité des militants du Parti engagés dans ce secteur.
Lettre de la commission Vietnam datée du 12 avril 1967 ; lettre du mouvement contre l’armement atomique du 10 avril 1967.

4 et 5 NOVEMBRE● RAPPORT DU COMITÉ POLITIQUE● LE PSU DANS LES ENTREPRISES : RAPPORT PARTI ET SYNDICATS
« Le mouvement syndical est un morceau du socialisme, qu’il ose donc paraître ce qu’il est ! » déclarait Rosa Luxembourg. Le 5ème Congrès a défini les tâches du C.P.N et du Bureau National en ce qui concerne les rapports du Parti et des syndicats.
Lire le Rapport

1968

FÉVRIER 1968 ● LETTRE DU BUREAU NATIONAL Á TOUS LES MILITANTS DE LA RÉGION PARISIENNE ● APPEL Á LA MANIFESTATION DE SOUTIEN AVEC LE COMBAT DU PEUPLE VIETNAMIEN Á LA MUTUALITÉ LE 20 FEVRIER 1968 Manifestation dans laquelle les ESU et les jeunes du Parti auront un rôle prépondérant.
Lettre du Bureau National

24-25 FÉVRIER 1968 ● COLLOQUE DE CACHAN ● Organisé par les « Rencontres Sociales de Grenoble » et la « Gauche Européenne » le colloque avait pour thème « La Gauche et l’Europe ». Le dialogue, établi entre la Gauche Européenne social-démocrate et les Rencontres Socialistes de Grenoble a été difficile tant l'analyse de la réalité européenne, la méthode d'approche des problèmes et la conception même du socialisme sont différentes. Sont publiés des extraits des interventions de M. Bridier, M. Rocard et P. Mendès France. Les exposés de P. Naville et J. Malterre, annoncés dans un prochain numéro n’ont pas été publiés, compte tenu de l’actualité de l’année.
Tribune Socialiste N°362, 29 Février 1968

3 - 4 et 5 MAI 1968 ● LE BUREAU NATIONAL PSU Á LA C.N.E. DES E.S.U. ● Le mouvement étudiant est le fer de lance de la contestation.
Adresse du  Bureau National PSU à la Conférence Nationale Étudiante des E.S.U, 3 -4- 5 Mai 1968

7 MAI 1968 ● RAPPORT PRÉSENTÉ PAR ABRAHAM BÉHAR AU COMITÉ NATIONAL ● Le numéro spécial Étudiants de Tribune Socialiste publie ce rapport écrit quelques jours avant l’appel à la grève générale du 13 Mai, rapport qui explicite la situation explosive des Universités, dans toutes les capitales européennes où le mouvement étudiant est passé à l’action. Beaucoup de convergences avec la France dans la contestation annoncent un mouvement politique de masse contre la nature et l’attitude du pouvoir. Le rapport analyse les enjeux de la contestation et incite les militants ESU à être les relais du Parti pour contester l’idéologie dominante à l’usine et à l’Université. La résolution du Comité Politique National du PSU prolonge cette analyse.
Tribune Socialiste – Spécial Étudiants – N°372, 16 Mai 1968

9 MAI 1968 ● LA VICTOIRE DES ÉTUDIANTS ● Marc Heurgon oppose la capacité d’analyse politique du mouvement étudiant, élargissant les revendications pour une autre université à une contestation sur les problèmes de fond de la société capitaliste, et l’attitude du PCF qui, ne comprenant pas l’enjeu de ce mouvement étudiant, fait tout pour minimiser les luttes et les isoler de la classe ouvrière.
Edito de Marc Heurgon in Tribune Socialiste, N°371, 9 Mai 1968

9-10-11 MAI 1968 ● COMMUNIQUÉS DU P.S.U.● Solidaire des luttes étudiantes, dès le 3 mai, le P.S.U dénonce toutes les formes de répression et appelle tous les militants et tous les travailleurs à soutenir les revendications des étudiants et à participer à "l'immense protestation collective"que vont organiser les dirigeants du mouvement étudiant.
Rémy Grillaut.- Répression : Sentences sur mesure, Tribune Socialiste N°371, 9 Mai 1968
Tribune Socialiste – Spécial Étudiants N°372, 16 Mai 1968

11 et 12 MAI 1968 ● COMITÉ POLITIQUE NATIONAL● RÉSOLUTION DE POLITIQUE GÉNÉRALE ● L’évolution récente des techniques modifie considérablement les modes d’organisation du travail, rend l’emploi plus fragile et crée une crise de civilisation aggravant toutes les contradictions de la société. Face à un pouvoir qui ne répond au mécontentement général que par des solutions technocratiques et autoritaires, le Comité Politique National du P.S.U donne mandat au Bureau National de prendre les contacts nécessaires en France et à l’étranger pour que se tienne rapidement une confrontation des forces socialistes de Gauche sur les formes et les modalités de la lutte socialiste. Appel du PSU à toutes les forces socialistes pour une manifestation le 13 Mai qui doit déboucher sur une large prise de conscience des problèmes politiques et sociaux mis en évidence par les luttes étudiantes.
C.P. N. – Résolution : le P.S.U. dans les luttes universitaires
Tribune Socialiste- Spécial Étudiants, N°372 – 16 Mai 1968

13 MAI 1968 ● LE MEETING DU 13 MAI ● LE DÉSORDRE NÉCESSAIRE ● RÉMY GRILLAULT ● Récit et analyse de la manifestation qui a fédéré toutes les forces d’opposition au régime, sur la base d’une action résolue, mettant en cause non seulement l’université mais aussi les fondements économiques et institutionnels de la société.
Tribune Socialiste – Spécial Étudiants – N°372, 16 Mai 1968

16 MAI 1968 ● LE POINT DE NON RETOUR ● L’hebdomadaire du Parti Socialiste Unifié du 16 Mai donne la parole à Jacques Sauvageot qui explicite les causes du soulèvement populaire du mois de mai et les analyses qui peuvent être faites sur l’attitude des partis, des groupuscules et des forces en présence, les raisons de la prolongation du mouvement et les suites à lui donner.
Tribune Socialiste Spécial Étudiants – N°372, 16 Mai 1968

23 MAI 1968 ● POUVOIR POPULAIRE ● MICHEL ROCARD – JEAN-MARIE VINCENT – PIERRE MENDÈS FRANCE●. Plus de la moitié des salariés de France occupent leurs lieux de travail et s’opposent à un régime d’exploitation qui interdit tout droit à l’autodétermination collective. Le P.S.U est le seul parti politique qui soutient ouvertement ces manifestations. Ces trois articles dénoncent le caractère autocratique du gouvernement. Le P.S U. invite à la constitution de « Comités d’Actions populaire », dans les universités, dans les entreprises, dans les campagnes. Il propose des discussions et des confrontations autour de ses propositions.
Ces textes sont relayés par l’interview du secrétaire général de l’UNEF, Jean-Daniel BENARD. Pour l’UNEF seule la lutte sur le terrain peut être efficace : à l’université et dans les usines. C’est en ce sens que l’UNEF a mis en avant le mot d’ordre de « pouvoir étudiant » et qu’elle insiste sur l’indispensable jonction entre les luttes étudiantes et les luttes ouvrières.
Michel Rocard.- Pouvoir Populaire – Tribune Socialiste N° 373, 23 Mai 1968
Jean-Marie Vincent – Éditorial –  Déclaration de Pierre Mendès France Tribune Socialiste N°373, 23 Mai 1968
Jean-Daniel Bénard – Oui le Pouvoir – Tribune Socialiste N°373, 23 Mai 1968

23 MAI 1968 ● COMMUNIQUÉ DU BUREAU NATIONAL DU P.S.U ● Appel à manifester le mercredi 22 Mai contre la décision d’interdiction de séjour en France de Daniel Cohn-Bendit. La  crise ouverte par le Mouvement Populaire se définit de plus en plus comme une mise en cause des structures de l’État et du pouvoir. La pression populaire est la seule force qui permettra de renforcer le courant du socialisme jusqu’à la transformation profonde de la société. L’unité du mouvement revendicatif où travailleurs étudiants et paysans revendiquent le même désir de changement en fait son originalité et la garantie de son succès. Le PSU soutient le mouvement et appelle à manifester aux côtés de l’UNEF du SneSup et des paysans.
Communiqué du Bureau National du PSU – Tribune Socialiste N°373, 23 Mai 1968

10 JUILLET 1968 ● AU CONSEIL DE PARIS : VIF DÉBAT SUR LE COMPORTEMENT DE LA POLICE DURANT LES MANIFESTATIONS DE MAI ET DE JUIN ● Au-delà des protestations contre les violences policières ou au contraire des excuses données aux agissements de la police, M.Rocher, nouveau Président du Conseil de Paris a dénoncé la tutelle trop lourde de l’État sur la Ville de Paris. Il est rejoint dans son analyse par M.Weil ( PSU) qui proprose un remodelage des arrondissements parisiens dotés de municipalités dont les compétences porteraient sur les questions locales. La Ville de Paris serait dotée, de son côté, d’une assemblée élue comprenant pour partie des représentants des conseils d’arrondissements et dont les attributions s’étendraient aux problèmes généraux de la capitale. Le Préfet s’est dit favorable à certaines propositions de M.Weil.
Le Monde du 10 juillet 1968 compte rendu de séance signé Etienne Mallet

12 SEPTEMBRE 1968 ● UNIVERSITÉ : UNE RENTRÉE INCERTAINE ● Désavoué par son propre camp et par les étudiants, .Edgar Faure joue une partie difficile. Comment peut-il imposer une réforme de l’Université qui réponde à l’attente des étudiants dans une société inchangée ? La liaison avec le monde du travail, amorcée par les Universités Populaires devra se poursuivre. La déclaration du Bureau National de l’UNEF indique les grandes lignes de l’action qu’elle mènera à court terme.
Jacqueline Giraud – Tribune Socialiste, N°380 – 12 septembre 1968
Abraham Béhar.- Les contradictions du régime gaulliste – Tribune Socialiste N°380, 12 septembre 1968

19 SEPTEMBRE 1968 ● UNE SITUATION CONTRADICTOIRE ● MICHEL ROCARD ● En grande majorité les étudiants passent leurs examens, Edgar Faure semble donc avoir gagné son pari d’une rentrée calme. A l’inverse de ce calme apparent, on assiste à une contre-attaque particulièrement forte, dans les petites entreprises, qui se manifeste à la fois par la répression, les licenciements des militants, et le blocage des discussions sur le droit syndical. Cela signifie que le secteur de la production devient aujourd’hui le secteur prioritaire dans la lutte socialiste.
Editorial de Tribune Socialiste, N° 381, 19 septembre 1968

HAUT DE LA PAGE

1969

20 – 21 AVRIL 1969 ● COMPTE RENDU DE LA C.N.E ● Deux thèmes centraux ont ordonné les débats de la CNE. Le premier portant sur le rôle des étudiants ESU à l'Université et les batailles à y mener. Le second sur la place et le rôle des étudiants dans le Parti. Les ESU ne constituent pas une structure parallèle au Parti ou une structure autonome à l'intérieur du Parti. Leur intervention se fait à la fois à travers le mouvement de masse et l'organisation d'avant-garde. Ce sont les relais de l’information qui doit circuler pour créer les conditions d’un débat politique ouvert à tous.
Compte rendu de la C.N.E, par Robert Destot, Secrétaire National in Bulletin Intérieur des ESU 13 Mai 1969, supplément à Directives N°154, 9 Mai 1969
Compte rendu de Rémy Grillault, « ESU, Quel Cadre d’intervention » Extrait de Tribune Socialiste Avril 1969

1er MAI 1969 ● TRACT ESU/PSU ● VIVE L’UNITÉ "ETUDIANTS – TRAVAILLEURS" ! APPEL DES ÉTUDIANTS PSU A PARTICIPER Á LA MANIFESTATION DU 1er MAI DANS LE CORTÈGE DES TRAVAILLEURS
L’épisode du référendum marque une étape importante dans la crise du régime mais n’a pas renversé radicalement le rapport de force entre la bourgeoisie et le mouvement ouvrier. Ce vote n’a pas permis de faire évoluer la situation des travailleurs dans les usines et dans les universités. C’est pourquoi le mouvement étudiant doit partout s’associer au 1er Mai des travailleurs.
Tract ESU/PSU "Vive l'unité étudiants - travailleurs"

HAUT DE LA PAGE

MAI 1969 ● POUR LES « COMITÉS 69 » Á L’UNIVERSITÉ ● Le 3 Mai 1969 le Conseil national du PSU désigne Michel Rocard comme « candidat du socialisme» à l’élection présidentielle. « Pour rompre avec les traditions électoralistes de la « gauche traditionnelle » et établir une liaison directe avec le mouvement de Mai où la base prend en charge ses propres affaires », le PSU et les militants ESU lancent les « comités 69 ». Jean Cascarano, pour le SNE,  donne ici les consignes pratiques de mise en place.
Bulletin Intérieur des ESU, 13 Mai 1969 – Supplément à Directives N°154, 9 Mai 1969
Tract « Comités 69 »

1970

APRES JUIN 68, AUTOCRIQUE DU MOUVEMENT ETUDIANT ET PERSPECTIVES Jean-Marie VINCENT déclare que pour ne pas tomber dans l’impasse de l’isolement, dans ses affrontements avec la politique du pouvoir, il faut un programme politique qui doit être un programme de lutte intransigeant sur le plan stratégique, mais extrêmement souple dans ses applications tactiques. Il doit tenir compte de l’insertion des luttes étudiantes dans la lutte des classes globale.
Tribune Socialiste,  23 Avril 1970, Jean-Marie VINCENT

1971

26 - 28 JUIN 1971 ● LILLE ● 7ème CONGRÈS DU PSU Michel Rocard remporte la majorité sur son texte d'orientation avec 53% des mandats, et fait élire un bureau national homogène. Le "courant 5 ", qui regroupe la majorité des membres du bureau national sortant, échoue avec 20% des mandats. Le "courant 5" est constitué autour de Marc Heurgon, Henri Leclerc, Jacques Malterre, Jean-Claude Gillet, Abraham Behar, André Barjonet, Serge Mallet, Bernard Lambert, Michel Fontes, Jacques Sallois, Alain Desjardin, Yves Fremeaux . "La Gauche révolutionnaire "(GR) recueille 12 % des mandats. La tendance « trotskisante » recueille 14 % des mandats.
Extr. du Rapport Politique présenté par le Bureau National sortant, soumis au 7ème Congrès du Parti Socialiste Unifié in PSU-Documentation, supplément N°20/21, Janvier 1971

HAUT DE LA PAGE

 


credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio