newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM



Cliquez sur les rubriques de votre choix :

>Participation

>Enseignement

>Universités Populaires

>Mouvement Politique de masse

>L'Action Syndicale


FORMATION

 

 


LES ESU ET L'UNEF / ENSEIGNEMENT

1960

2 OCTOBRE 1960 ● COMPTE RENDU DE L’ ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE ● COLLOQUE SUR L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET L’ÉCONOMIE● L’assemblée aborde notamment la préparation du colloque prévu à Royaumont les 11, 12 et 13 novembre dont le thème sera “L’adaptation de l'enseignement supérieur aux besoins de l'économie". Quatre questions seront à l’ordre du jour : orientation des étudiants, esprit et structures de l'enseignement supérieur, participation des secteurs économiques aux programmes et aux structures de l’enseignement, stages.
Extrait du Compte rendu de l’Assemblée Générale extraordinaire du 2 0ctobre 1960,  pp. 15-17

11 – 12 – 13 NOVEMBRE 1960 ● L’UNEF ET …L’UNIVERSITÉ DE FRANCE ● L’UNEF et l’UGE (Union des Grandes Écoles) ont organisé un colloque à Royaumont rassemblant une centaine d'industriels, de fonctionnaires, et d'universitaires. Ils étaient invités à s'interroger sur« l'adaptation de l’enseignement supérieur aux besoins de l'Économie Nationale ». Des solutions restent à trouver et il semble important que les professeurs et les étudiants fassent preuve d’invention pour réformer les structures qui freinent l'adaptation nécessaire de l’Université.
 J. Moreau, Tribune Socialiste N°30, 3 décembre 1960

NOVEMBRE 1960 ● ASSEMBLÉE GÉNÉRALE● RAPPORT DE LA COMMISION UNIVERSITAIRE ● L’assemblée adopte le rapport de la commission universitaire qui se prononce sur la démocratisation de l’enseignement et l’attribution d’une allocation d’études. Le colloque de Royaumont sur l’adaptation de l’enseignement aux besoins de l’économie a permis d’envisager la mise en place de commissions  réunissant des représentants des secteurs économiques, de l’université, et des syndicats. Le recrutement des enseignants et le cas particulier des Ipésiens, ont été également abordés lors de cette commission universitaire. La « promotion supérieure du travail » définie plus communément sous l’appellation « formation continue »a fait l’objet d’un point particulier.
Extr. UNEF-Informations : Rapport de la Commission Universitaire – Assemblée Générale de Novembre 1960 pp. 53 - 60

1961

17 – 18 NOVEMBRE 1961● DEBRÉ CONTRE U.N.E.F.● L’Association Générale des Étudiants de Nantes a organisé deux journées d’études ayant pour thème la liaison Université – Entreprises, présidée par M. Valéry Giscard d’Estaing, Président de l’Association Européennes des Jeunes Chambres économiques. Cette A.G.E. est une des dernières à être hostile à l’U.N.E.F. et préfère entrer dans le jeu du premier ministre plutôt que de se rapprocher des organismes chargés par l’U.N.E.F. d’assurer cette liaison entre les étudiants et les entreprises. L’U.N.E.F. est contre tout financement par les entreprises privées de l’enseignement supérieur.
Jacques Tollivier – Tribune Socialiste N°77, 25 Novembre 1961

1963

JANVIER 1963 ● SITUATION ACTUELLE DE L’ENSEIGNEMENT ● C’est sur des bases établies par Napoléon que s’organise l’architecture de l’enseignement tel qu’il est aujourd’hui. A chercher des solutions provisoires et à refuser une réforme d’ensemble, à traiter l’enseignement comme un parent pauvre du budget national, la situation actuelle, ne peut qu’empirer. Le texte avance des propositions pour une réforme des structures universitaires.
LE PLAN LANGEVIN-WALLON rédigé en 1944 par une commission ministérielle présidée par Paul Langevin et Henri Wallon est un plan de réforme audacieux et novateur. Il n’est pourtant qu’une référence et n’a jamais été adopté. L’article en précise les grandes orientations et les principes.
Journal Le Monde, semaine du 24 au 31 janvier 1963 N° spécial rédigé par les étudiants de la F.G.E.L.

AVRIL 1963 ● « LE RAPPORT MOUSEL » ● Le 52ème congrès de l'UNEF réuni à Dijon du 7 au 14 avril 1963 adopte un document sur l’Enseignement Supérieur, le "rapport Mousel", qui consacre l'engagement de l'UNEF dans la "voie universitaire".
Dans sa première partie, le rapport décrit ce que devrait être l’enseignement supérieur, ses buts et ses fonctions. L'enseignement supérieur doit être un facteur de démocratie ; il doit être en lui-même démocratique.
Texte publié dans les Cahiers de l’UNEF N°4, Avril – Mai 1963, pp. 13 à 18

La deuxième partie du rapport fait une synthèse des problèmes de structures, de méthodes et de contenu de l’Enseignement dispensé à l’Université, en s’appuyant sur une enquête faite auprès des associations corporatives au mois de février 1962.
Texte publié dans les Cahiers de l’UNEF N°5, Octobre - Novembre 1963, pp. 10 à 18

1964

SEPTEMBRE – OCTOBRE 1964 ● PUBLICATION PAR L’UNEF DU « MANIFESTE POUR UNE RÉFORME DÉMOCRATIQUE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR » ● Ce texte est une réponse générale au plan Fouchet, et synthétise l’ensemble des réflexions du mouvement. La première partie est consacrée à une analyse de la crise de l’enseignement supérieur. La deuxième partie avance des « options fondamentales pour une réforme démocratique de l’enseignement supérieur » : Dans l’UNEF-Infos de novembre 1964, ce texte est présenté comme le témoignage de la volonté du mouvement de participer au débat sur la réforme de l’enseignement et d’y « apporter des réponses constructives ».
Lire » Le Manifeste pour une réforme démocratique de l’enseignement supérieur »

1966

DÉCEMBRE 1966 ● LUTTER CONTRE L’UNIVERSITÉ DE CLASSE ● L’ENGRENAGE ● Fouchet déclare le 20 Octobre 1966 « quelque soit leur classe sociale, tous ceux qui en sont capables, doivent pouvoir monter jusqu’en haut de l’échelle ». Les classes sociales existent mais l’enseignement public, laïc et obligatoire aurait pour charge de « redistribuer les cartes ». Le mérite  et la capacité de chaque individu gommeraient les différences sociales. Avant la réforme Fouchet l'école et l'université sélectionnaient par l’échec maintenant il est proposé l’orientation en fonction des capacités de l’individu. Ce Plan va par ailleurs, institutionnaliser l’existence de structures de relégation en multipliant les voies courtes.
UNEF, Spécial Campagne : Oser lutter, savoir lutter, supplément étudiant au Nouvel Observateur, N°108, 7 décembre 1966

DÉCEMBRE 1966 ● LUTTER CONTRE L’UNIVERSITÉ DE CLASSE● LE FRONT CULTUREL ● OU CULTURE GÉNÉRALE UNIVERSITAIRE CONTRE FILIÈRES COURTES L’université a une fonction de classe dans la culture qu’elle dispense. Devant les menaces d'asservissement de l'Université à l'économie, les universitaires ont souvent tendance à se retrancher sur le front culturel, en défendant pas à pas la culture générale contre la technicité. En institutionnalisant les filières courtes, le Plan Fouchet introduit une diversification de l'enseignement qui doit permettre, selon le gouvernement, une diversification des modes d'accès à la culture. On invente donc un type d'enseignement mieux adapté aux exclus de la formation générale, prétendument d'égale valeur et d'égale dignité Cette égalité toute formelle masque une hiérarchie entre les divers types d'enseignement.
UNEF, Spécial Campagne : Oser lutter, savoir lutter, supplément étudiant au Nouvel Observateur,N°108, 7 décembre 1966

1968

20 NOVEMBRE 1968 ● LE BUREAU NATIONAL DE L'UNEF AUX MILITANTS Proposition d’organisation d’une semaine d’action autour du thème : "contre la main mise du patronat sur la formation" qui permettra à l’UNEF de s’affirmer comme un syndicat revendicatif et contestataire prenant en compte toutes les luttes et s’affirmant solidaire des travailleurs sur un terrain qui est le sien : l'Université et le milieu étudiant.
L’UNEF-INFORM du 21 Novembre 1968

DÉCEMBRE 1968 ● ÉTUDIANTS - SALARIÉS : IMPOSONS NOTRE DROIT AUX ÉTUDES
La Loi Faure impose le contrôle continu ce qui signifie l’élimination des étudiants salariés, face aux changements, les étudiants salariés réclament une réduction rémunérée du temps de travail et des modalités d’enseignement adaptés.
Lire Tribune Étudiante, Décembre 1968

DÉCEMBRE 1968 ● DE FOUCHET Á EDGAR FAURE UNE MÊME POLITIQUE : L’ADAPTATION DE L’UNIVERSITÉ AUX BESOINS DU GRAND PATRONAT ● L’université est intimement liée au contexte socio économique global du pays et se doit d’adapter l’enseignement à la demande économique. Mais c’est aussi une vieille institution dont les décisions sont centralisées, dont le fonctionnement est hiérarchisé et rigide et qui ne peut que très difficilement s’adapter aux demandes et à la concurrence internationale. Les réformes successives Langevin-Wallon, Bouloche, Fouchet,  Peyerfitte et maintenant Faure sont toutes faites de décisions prises à la va-vite, sans argent et qui répondent essentiellement aux besoins du capitalisme.
Lire l’analyse de l’Etudiant de France, Décembre 1968

1969

AVRIL 1969 ● POUR UNE CAMPAGNE NATIONALE SUR LES EXAMENS AU 3ème TRIMESTRE ● TEXTE A DISCUTER ● Compte tenu du contexte politique général, les examens seront pour le pouvoir un test de retour à l'ordre de l'Université et des étudiants. De son côté, le mouvement étudiant ressent la nécessité de constituer un mouvement de masse progressiste pour inverser les rapports de force. C’est le moment de dénoncer la nature fondamentale de cette loi d’orientation. L’examen est la clé de voûte de l’université de classe bourgeoise, l’instrument d’intégration et de hiérarchisation de la société. La lutte contre les examens peut servir d’assise à la lutte contre la participation mais il faut, face à la répression qui ne manquera pas, une organisation nationale avec des mots d’ordre nationaux et locaux. Sont exposées les propositions de mots d’ordre tactiques pour une discussion point par point.
L’Etudiant de France – Nouvelle Série N°7, Avril 1969

1970

RENTRÉE 70 ET LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES PAR LES ÉTUDIANTS FACE Á LA MISE EN PLACE DE LA RÉFORME DES ENSEIGNEMENTS ● L’UNEF analyse les effets de la Loi Faure et invite les étudiants à lutter, à ses côtés, contre la restructuration de l’Université, les numerus clausus, la sélection, l’illusion de la participation…
Lire les propositions, L’Étudiant de France, N°1 Octobre 1970

 

 

credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio