newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM



Cliquez sur les rubriques de votre choix :

> Participation

> Enseignement

> Universités Populaires

> Mouvement Politique de masse

> L'Action Syndicale



participation

L'Etudiant de France, Février 1969

participationTE

Affiche UNEF <fin 1970>

unef 69-70

Affiche UNEF <1969-1970>

 


LES ESU ET L'UNEF / PARTICIPATION

1963

NOVEMBRE 1963 ● ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ● COMITÉS MIXTES : SIGNIFICATION, PORTÉE, CONTENU ● RAPPORT DU VICE-PRÉSIDENT UNIVERSITAIRE DE L’UNEF ● Analyse de la cogestion à l’Université en tant que structure de partage apparent ou réel du pouvoir. La question posée dans ce texte est celle de la nature du pouvoir que peut avoir le syndicat étudiant dans une structure de cogestion. Les comités mixtes symbolisent toutefois un nouveau type de rapports entre enseignants et étudiants et pourraient être l’expression de la revendication d’un autre statut universitaire des étudiants.
Texte préparatoire à l’assemblée générale de Novembre 1963 : les comités mixtes

1965

MARS 1965 ● PARTICIPATION – CO-GESTION : L’INDÉPENDANCE DES SYNDICATS EST-ELLE MENACÉE ? ● Bernard Schreiner, Président de l’UNEF,  pose la question de la participation des syndicats aux organismes officiels. Il prend l’exemple de la participation du syndicat étudiant à la gestion du centre National des œuvres universitaires, organisme paritaire pour la gestion des questions matérielles de la vie des étudiants. Avant la réforme des statuts du Centre,  la co-gestion s’entendait  par une réelle prise en charge des intérêts des étudiants, par une responsabilité collective, par le respect des principes définis par  le mouvement étudiant. Depuis 1963 la participation de l’UNEF doit être reconsidérée dans la mesure où la parité est devenue un leurre. La position de l’UNEF est à partir de ce moment d’exercer son droit de regard sur le fonctionnement des œuvres universitaires et faire entendre, sur ce terrain, ses revendications sans jouer pour autant le jeu de l’intégration.
Lire l’article extrait des Cahiers du Centre d’Études Socialistes, Mars 1965 N°54-55

1968

31 OCTOBRE 1968DE LA PARTICIPATIONBUREAU NATIONAL UNEF ● Parmi toutes les mesures prévues par la Loi d'orientation d'Edgar Faure, celles qui concernent la participation ont retenu au plus haut point l'attention des étudiants. Essai d'analyse politique qui devra être l'amorce d'un débat effectif dans le mouvement et de propositions d'action conséquentes.
Lire le texte publié dans la revue UNEF-Inform du 8 Novembre 1968
et l’article de Jacqueline Giraud in Tribune Socialiste, N°392, 12 décembre 1968

CONTRE L’UNIVERSITÉ DE LA BOURGEOISIE, POUR L’UNIVERSITÉ AU SERVICE DU PEUPLE ● Le Mouvement étudiant doit dénoncer la participation comme tentative d’intégration. Les expériences de cogestion mises en place par les étudiants, les enseignants et le personnel sont devenues inopérantes car le rapport de force du fait de la représentation étudiante face aux personnalités extérieures et au corps professoral est inégal. Il est impossible d’établir une université socialiste autogérée dans un contexte capitaliste. Des propositions pour des débats à organiser
L’Étudiant de France, Novembre 1968

L’EXPÉRIENCE DE LA COGESTION Á LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS ENTRAÎNE LE REFUS DE LA PARTICIPATION. ● Le mouvement étudiant refuse la participation octroyée par la loi d’orientation. Il ne s’agit pas d’une option purement intellectuelle. Cette décision s’appuie sur l’échec des tentatives de cogestion réalisées depuis le mois de Mai. Participer revient à cautionner le rôle de l’Université actuelle, pierre angulaire de la société mise en cause.
L’Étudiant de France, Novembre 1968

1969

FÉVRIER 1969 ● CAEN ● COMITÉ D’ACTION ● DE LA RÉPRESSION Á LA PARTICIPATION ● Le gouvernement reprend en main le Théâtre de la Maison de la Culture. Face aux « nouvelles formes de culture imposées » une centaine d’étudiants ont investi le théâtre pour une discussion après la représentation de Cyrano de Bergerac. S’ensuit une bataille rangée avec les forces de police et l’arrestation puis la condamnation à un mois de prison ferme d’Yves SARCIAT. Au même moment les étudiants étaient invités fermement à participer aux élections. Les étudiants ont répondu par une participation massive sur des listes fantaisistes. Le comité d’Action encourage la mobilisation de masse face à la répression et refuse la participation organisée par le pouvoir avec la caution des étudiants.
Lire le témoignage du Comité d’Action : L’Étudiant de France, Nouvelle Série N°5, Février 1969
Lire « Comment trouver 72% de votants ? » Comité d’Action Médecine-UNEF- L’Etudiant de France, Février 1969

FÉVRIER 1969 ● LA PARTICIPATION ● POURQUOI L’UNEF EST CONTRE LA PARTICIPATION ? ● PROJET DE TRACT ● Les étudiants dénoncent la participation qui leur est proposée. Pour eux, c’est la participation à la réorganisation capitaliste de l'Université, et aujourd'hui plus particulièrement, l'application de la politique gouvernementale dans le cadre de la « politique d'austérité ». Devant cette perspective, les étudiants et enseignants réformistes proposent un combat de l'intérieur, prônant le mot d'ordre « participons et améliorons », ou, au mieux, « contestons en participant ». Pourtant l’expérience montre que seule la mobilisation de masse compte. Ils proposent de faire appliquer dans les faits les décisions du mouvement.
La Participation et le projet de tract de l’UNEF contre la participation, L’Etudiant de France, Février 1969 Nouvelle Série N°5


credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio