newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM



Cliquez sur les rubriques de votre choix :

> Participation

> Enseignement

> Universités populaires

>Mouvement politique de masse

> L'Action Syndicale

 

UNIVPOP

Tribune Socialiste N°377, 4 juillet 1968

TRACT

UNIVPOPU

L'Etudiant de France, juillet-Août 1968

 

 

 


ESU / UNEF ET LES UNIVERSITÉS POPULAIRES

1968

JUIN 1968 ● L’UNIVERSITÉ POPULAIRE : BUT, PRINCIPE, FONCTIONNEMENT
L’université populaire s’adresse à ceux qui ont besoin d’acquérir les armes idéologiques dans le domaine culturel, politique et économique.
Lire la présentation L’Étudiant de France, Juin 1968

4 JUILLET 1968 ● L’UNEF FAIT LE POINT : TROIS QUESTIONS Á JACQUES SAUVAGEOT ● L’occupation des Universités a permis de créer un lieu de débat ouvert à tous les travailleurs afin de discuter les objectifs de l’UNEF pour une Université ouverte à tous, contre la sélection, contre les examens traditionnels, pour le contrôle par les étudiants de tout moyen de délivrance des diplômes, et pour une adptation des contenus et méthodes d’enseignement aux réalités. Pour poursuivre cette ouverture, les Universités Populaires sont des lieux de rencontres ouverts à tous les travailleurs, lycéens, étudiants, familles, pour que toutes les idées avancées deviennent une réalité. Elles permettront de tester les propositions et faire de l’université un lieu d’études et de recherches sur tout ce qui concerne la vie du pays. "L’Université aux travailleurs" c’est l’Université ouverte aux problèmes des travailleurs, c’est un lieu où l’on apprendra autre chose que des théories qui formeront des cadres au service du patronat et du capitalisme.
Tribune Socialiste N°377, 4 Juillet 1968
Lire aussi : Jacqueline Giraud – Eté 68 : les étudiants continuent – Tribune Socialiste, N°377, 4 juillet 1968
Publicité pour le Meeting-Débat sur les Universités Populaires à la Mutualité, Tribune Socialiste - N°377, 4 juillet 1968

10 JUILLET 1968 ● LA CRISE DE L’UNIVERSITÉ ● LA FACULTÉ DES SCIENCES ÉTANT FERMÉE L’UNIVERSITÉ D’ÉTÉ POURSUIT SES ACTIVITÉS VERS D’AUTRES LOCAUXC’est à l’Institut Henri Poincaré, rattaché à l’Université et destiné aux enseignements et recherches en mathématiques que se poursuit les conférences organisées pour tous dans le cadre des universités d’été. Jacques Sauvageot aurait aimé que soit rendu disponibles les bourses du travail mais juridiquement cela est impossible puisque les salles ne sont accordées qu’aux syndicats. Vives protestations à Paris et à Toulouse contre les fermetures et occupations des universités par les forces de police.
Le Monde du 10 Juillet 1968   

JUILLET - AOÛT 1968 ● POUR UNE CULTURE POPULAIRE ● Le mouvement de mai a démontré que la culture pouvait être pour tous si son expression était libérée de l’élitisme comme des pressions commerciales. Des expériences dans les écoles, les squares, les usines ont démontré que chacun pouvait s’exprimer hors des structures sclérosées de la culture et libérer l’expression de tous. La culture doit être partout et pour tous c’est pourquoi les universités populaires auront pour rôle de continuer la lutte culturelle tout d’abord en contestant la culture bourgeoise, en analysant les expériences tentées et en cherchant les chemins pour une culture pour tous.
L’Etudiant de France, Juillet – Août 1968 , N°2

JUILLET - AOÛT 1968 ● POUR UNE UNIVERSITÉ NOUVELLE AU SERVICE DES TRAVAILLEURS ● LES UNIVERSITÉS POPULAIRES CONTINUENT ● Les expériences de Mai montrent qu’il est important de poursuivre le mouvement de libéralisation de la culture et de se poser les vraies questions sur l’enseignement, son contenu et les buts poursuivis. C’est pourquoi l’UNEF réaffirme les axes de discussion et les programmes proposés dans les universités populaires malgré les difficultés de fonctionnement.
L’Étudiant de France, Juillet – Août 1968, N°2

JUILLET - AOÛT 1968 ● POUVOIR OUVRIER ● Au sein des Universités populaires d'été, les débats sur le "Pouvoir Ouvrier " tourneront autour de quelques thèmes fondamentaux abordés dans la perspective de la gestion ouvrière et d'une contestation du modèle socio-économique existant.
L’Étudiant de France, Juillet – Août 1968, N°2

JUILLET - AOÛT 1968 ● UN NOUVEL INTERNATIONALISME ● Solidarité avec les luttes menées dans le tiers monde. Coordination des luttes à l’échelle internationale.  Face à ces nécessités, les Universités populaires peuvent avoir un rôle essentiel. Proposition d’un programme de travail pour les universités populaires : analyse comparée des luttes universitaires, des moyens pour une coordination des luttes étudiantes, paysannes et ouvrières mise au point par les différents mouvements socialistes, de la question de la main-d’œuvre étrangère et de la solidarité face à la répression capitaliste.
L’Étudiant de France, Juillet - Août 1968,N°2

14 JUILLET 1968 ● LETTRE DE L’UNEF Á LA CGT ● JOURNAL « COMBAT » DES 20 et 21 JUILLET 1968 : MISE EN GARDE DE LA CGT AUX CENTRES DE VACANCES ● Suite à la transmission, par le bureau national de l'U.N.E.F., du programme des Universités Populaires à la CGT, celle-ci met en garde les centres de vacances en rappelant que le contenu de l'animation culturelle et sportive des centres est du ressort des comités d’entreprise, et qu'aucune "immixtion du genre de celle préconisée par le vice-président de l'UNEF ne devra être tolérée"
L’Étudiant de France, Juillet – Août 1968, N°2

JUILLET 1968 ● COMMENT PARTICIPER AUX UNIVERSITÉS POPULAIRES A MONTPELLIER ET GRENOBLE ● Les contacts diffusés par l'Etudiant de France.
L’Etudiant de France, Juillet – Août 1968

JUILLET 1968 ● UNIVERSITE POPULAIRE D'ÉTÉ - GRENOBLE ● Une circulaire et un tract de présentation. Présentation générale des universités populaires ; calendrier et des éléments pratiques grenoblois
Circulaire générale
"Université populaire d'été de Grenoble"

JUILLET 1968 ● LE GOUVERNEMENT CONTRE LES UNIVERSITES POPULAIRES Le ministre de l’Education Nationale demande aux recteurs de veiller à la fermeture complète des facultés. « Au joli mai » n° 1 (brochure de comités d’action lycéens « réservée aux travailleurs et aux étudiants ») évoque cette circulaire...
« Le gouvernement contre les universités populaires ».Extr. de la Brochure « Au Joli Mai » N°1, Mai – Juin 1968 : Directives d’Action

20 AOÛT 1968 ● DEUX UNIVERSITÉS POPULAIRES D’ÉTÉ A GRENOBLE ET MONTPELLIER ● Quel bilan peut-on tirer des universités populaires qui se sont tenues en août ? Le point de vue des journalistes du Monde
"A Grenoble : un démarrage difficile", Le Monde, 20 Août 1968
" A Montpellier les étudiants ont appris à mieux dialoguer avec les travailleurs", Le Monde, 20 Août 1968

12 SEPTEMBRE 1968 ● LES UNIVERSITÉS POPULAIRES ● Après les mois d’été, il est nécessaire de faire un bilan des universités populaires. Globalement le bilan est positif et les militants UNEF ont la sensation qu’un dialogue authentique a pu être établi avec le monde du travail. Si certains ont des critiques à faire, tous pensent qu’il est important de capitaliser l’expérience. Il est fixé trois nouvelles universités populaires à Paris du 18 au 28 septembre.
Denis MICHEL, Vice-Président de l’UNEF - Tribune Socialiste,1968 N° 380, 12 septembre 1968

19 SEPTEMBRE 1968 ● ESU ● LETTRE DU SECRÉTARIAT NATIONAL DES ÉTUDIANTS.● Appel pour une discussion dans le maximum de sections sur la participation aux Universités Populaires conçues comme prolongement au mouvement de Mai et concrétisation de la liaison étudiants-ouvriers. Dans cet esprit, il est décidé de décentraliser les Universités Populaires, de les situer au plus près des travailleurs et d’y faire participer les sections d’entreprises du Parti. Pour la région parisienne, trois Universités Populaires sont envisagées : Colombes, Paris 14°, Rive droite.
Lettre du SNE datée du 19 septembre 1968

 

credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio