newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM

 

 

Cliquez sur les rubriques de votre choix :

> Les Grandes Ecoles










 


UNIVERSITÉ / LE COLLOQUE DE CAEN

11-12-13 NOVEMBRE 1966 • COLLOQUE DE CAEN
Réuni à l'initiative de l'A.E.E.R.S. - Association d'Etudes pour l'expansion de la Recherche scientifique, présidée par André LICHNÉROWICZ,  il réunit 300 participants.
Il marque le dixième anniversaire du premier colloque de Caen, qui s'était tenu à la Toussaint 1956, parrainé par Pierre MENDES-FRANCE, qui voyait dans la recherche scientifique un des moteurs de l'économie française.
L'A.E.E.R.S. a été constituée à la suite de ce premier colloque et du colloque de Grenoble en 1957 (sur les relations Université Industrie), en marge des pouvoirs publics. Elle réunit des chercheurs, des industriels, des savants, des syndicalistes..., et a organisé plusieurs rencontres à Dakar-Abidjan en 1959 (sur les progrès scientifiques de la Communauté), à Sèvres en 1961 (sur les mises à jour des connaissances scientifiques globales de l'ingénieur, du professeur et du chercheur), à Bourges en 1964 (sur les liens entre la recherche scientifique et le développement culturel).
En 1966, le deuxième colloque de Caen - au moment de la mise en place du plan Fouchet - aborde les questions des finalités et de l'organisation de l'enseignement et de la recherche, de la formation des maîtres, et de l'éducation permanente. Il met particulièrement en avant la nécessité de la constitution d'universités autonomes, se substituant au système centralisé des facultés "napoléoniennes".

11-12-13 NOVEMBRE 1966 • COLLOQUE DE CAEN •"LES QUINZE POINTS DE CAEN"
Les quinze recommandations finales, pour répondre aux besoins d'un enseignement supérieur de masse, à la nécessité d'une éducation permanente, au développement de la recherche, à la rigueur de la compétition internationale :
- Création  d'universités publiques autonomes, compétitives et diversifiées
 articulant des départements d'enseignement et des instituts de recherche (remplaçant les facultés).
- Pluralité des financements
- Programmes de recherche associant universités et industries
- Enseignements de préparation à la vie professionnelle au sommet de chaque échelon de formation
- Repenser la formation des maîtres
- Développer la formation permanente.
Lire "Les quinze points de Caen", in l'Université face à sa réforme - Revue de l'enseignement supérieur, N°4 1966 - pp.141-145

11-12-13 NOVEMBRE 1966 • COLLOQUE DE CAEN • POUR DES UNIVERSITÉS ● RAPPORT GÉNÉRAL N°1 par ANDRÉ LICHNÉROWICZ ● Rapport général n°I établi à la suite des réunions du groupe de travail préparatoire ayant pour objet d'études "Structure et finalité des universités", par André LICHNÉROWICZ, membre de l'Institut, professeur au Collège de France, président de l'A.E.E.R.S.- Association d'Etude pour l'expansion de la Recherche scientifique.
La notion d'université, au sens moderne du terme, est presque étrangère à l'esprit français : les Facultés ont une vocation limitée, avant tout professionnelle, et la recherche n'est pas vraiment prévue dans leurs activités.
Pour l’auteur, il faut aujourd'hui envisager de véritables universités, suffisamment autonomes et compétitives entre elles, du double point de vue de la formation des hommes et de l'exploration scientifique, à l'encontre de la tendance administrative générale, héritée de l'ère napoléonienne.
Esquisse d'une solution : mettre à profit l'expansion universitaire prévue pour procéder à la création d'«universités expérimentales», ayant une véritable autonomie, n'ayant pas pour ambition de recouvrir tout le savoir humain, attachées ou non à un territoire géographique... ; l'enseignement de 1er cycle serait assuré par de multiples collèges universitaires, partie intégrante d'une université, tandis qu'un certain nombre d'établissements pourraient n'avoir pour mission que l'enseignement de 3° cycle et la recherche scientifique. Ces universités pourraient être autonomes, avec une organisation collégiale. A l’enseignement de masse il faut substituer la formation des hommes.
"Pour des universités" ANDRE LICHNEROWICZ, in l'Université face à sa réforme - Revue de l'enseignement supérieur N°4, 1966 pp. 60-69

11-12-13 NOVEMBRE 1966 ● COLLOQUE DE CAEN ● FORMATION DES MAÎTRES ● BERTRAND GIROD DE L'AIN Rapport final de la commission I. A. « Formation des maîtres », rédigé par Bertrand GIROD DE L'AIN (Journaliste au "Monde"), à la suite des réunions d'un groupe de travail préparatoire présidé par le recteur CAPELLE.
L'enseignement devrait avoir pour but non pas l'acquisition de formations encyclopédiques mais plutôt le développement de l'autonomie personnelle, et doit tenir compte des nouveaux moyens d'information et des nouveaux modes de vie.
- Conditions de départ : développer la recherche pédagogique (par la création d'instituts interdisciplinaires d'études pédagogiques).
- La formation initiale des enseignants devrait comporter 3 phases : initiation à la communication, formation psycho-pédagogique et sociale, formation professionnelle d'un an. (Dans le supérieur, assistants et maîtres assistants devraient avoir également une formation...).
- La formation continue devrait être obligatoire, pour la remise à jour des connaissances et le perfectionnement pédagogique.
" Formation des maîtres" Bertrand GIROD DE L'AIN in L'Université face à sa réforme - Revue de l'enseignement supérieur N°4, 1966 pp. 151-160

11-12-13 NOVEMBRE 1966 ● COLLOQUE DE CAEN ● ÉDUCATION PERMANENTE RAPPORT FINAL DE LA COMMISSION I- B La formation permanente ne doit pas être vue comme un appendice de l'université (ou de l'entreprise) : elle remet en cause la conception des fonctions de l'université. Il ne doit pas s'agir d'un enseignement technique mais d'une formation de culture globale (associant universités, structures culturelles et d'éducation populaires, organisations professionnelles et syndicales...).
La délivrance de diplômes n'est pas le but ultime, mais les établissements de formation permanente doivent pouvoir délivrent leurs diplômes, et ces diplômes doivent être reconnus.
"Education permanente"in L'Université face à sa réforme - Revue de l'enseignement supérieur N°4, 1966 pp.161- 167

11-12-13 NOVEMBRE 1966 • COLLOQUE DE CAEN • CONDITIONS D’EFFICACITÉ DE LA RECHERCHE FONDAMENTALE P. BARUCH, C. BLOCH Résumé du rapport final des travaux de la commission II, consacrés aux « conditions d'efficacité de la recherche fondamentale », rédigé par P. BARUCH (physicien) et C. BLOCH
Structures : Constituer des équipes de recherche, associées dans des laboratoires (ayant un directeur et un conseil de chercheurs), bénéficiant de ressources diverses (pour éviter les orientations impératives), et d'une souplesse de gestion (nécessité de mettre à l'étude un nouveau statut juridique pour ces laboratoires).
Chercheurs :
- Les étudiants de 3° cycle devraient bénéficier d'une allocation, comme les stagiaires CNRS), et en échange assurer un enseignement léger dans le 1° ou 2° cycle.
- La thèse d'Etat (comme les doctorats) devraient pouvoir se passer plus tôt.
- La carrière des chercheurs devrait pouvoir se faire en partie à l'étranger.
"Conditions d'efficacité de la recherche fondamentale" P. BARUCH, C. BLOCH, in l'Université face à sa réforme - Revue de l'enseignement supérieur, N°4, 1966 pp.165-167

TEXTES COMPLEMENTAIRES

11-12-13 NOVEMBRE 1966 ● COLLOQUE DE CAEN ● FINALITÉ DES UNIVERSITÉS RENÉ DEHEUVELS Rapport général n°2 établi à la suite des réunions d'un groupe de travail préparatoire "Finalité des universités", par René DEHEUVELS, professeur à la Sorbonne.
1° partie : Fonctions de l'enseignement : fonction de formation, fonctions sociales, fonction économique, fonctions de sanction, d'orientation, de recherche des élites, fonction de recherche.
2° partie : l'université : université et recherche (le premier métier des enseignants, c'est la recherche), université et enseignement (comment faire face à l'afflux des étudiants ? Séparer une partie qui a plus vocation à un enseignement de masse et une partie pour recherche et formation d'élites).
5° partie : sociologie de l'enseignement : une mentalité démocratique ? (Est-ce que tout est possible pour tous ?) Une mentalité de fonctionnaire (Comment maintenir le goût de l'effort, de l'initiative ?) Le jeune face à l'enseignement (Faire un lieu où le jeune se sente bien).
" Finalité des universités"publié par L'Association d'Etude pour l'expansion de la Recherche Scientifique

11-12-13 NOVEMBRE 1966 ● COLLOQUE DE CAEN ● LES CONDITIONS D’EFFICACITÉ DE LA RECHERCHE FONDAMENTALE ● ÉMILE ZUCKERKANDL ● RAPPORT GÉNÉRAL N°5 ● Rapport établi à la suite des réunions d'un groupe de travail préparatoire. Sont abordés : les problèmes de la recherche et plus particulièrement de la recherche scientifique et des réformes qu’il serait souhaitable d' apporter au fonctionnement des structures universitaires de la recherche. Il y est réclamé une autonomie des structures par rapport à un centralisme excessif, la libéralisation du potentiel  d’initiative personnelle et d’invention. Enfin est abordé la question de la formation et de la rémunération des professeurs et plus globalement de la dé-fonctionnarisation de la recherche.
Lire le rapport général établi par Emile Zuckerkandl, publié par l'Association d'Etude pour l'Expansion de la recherche Scientifique

UNE ÉTUDE SOCIOLOGIQUE D’ACTUALITÉ : LES ETUDIANTS EN SCIENCES PIERRE BOURDIEU Enquête réalisée, à la demande de l'Association d'étude pour l'expansion de la recherche scientifique, par le Centre de sociologie européenne, sous la direction de Pierre BOURDIEU (sociologue, Ecole pratique des Hautes Etudes).
I. Les étudiants de propédeutique scientifique
L'impression que le recrutement s'est démocratisé est fausse : la démocratisation apparaît en fait comme l'accès de catégories nouvelles à des études de second choix. Et les étudiants des classes sociales défavorisées sont deux fois moins représentés dans les prépas que dans les facultés.
Choix professionnels : dès l'entrée la majorité des étudiants envisage plus l'enseignement que la recherche ou l'industrie.
II. Etudiants de 1° année du second cycle : attitudes à l'égard de leur travail :
. Méthodes de travail : les étudiants mettent l'accent sur les travaux dirigés et les cours plus que sur le travail personnel.
. Ils pensent que la culture générale est plus importante que la seule discipline choisie.
. Représentation de l'avenir : les choix vers l'industrie sont plus nombreux ; la reconversion vers des enseignements plus techniques est faible...
"Une étude sociologique d'actualité : les étudiants en sciences" Pierre BOURDIEU in l'Université face à sa réforme - Revue de l'enseignement supérieur, N°4, 1966 pp.199- 208

23 NOVEMBRE 1966 ● RÉVOLUTION DANS L’UNIVERSITÉJACQUES MONOD, LAURENT SCHWARTZ, RAYMOND ARON ● Comment bâtir de nouvelles universités, à échelle humaine, qui ne soient plus de simples machines à fabriquer des professeurs mais qui débouchent sur l'ensemble des activités de la cité ?
A la suite du colloque de Caen, le Nouvel Observateur du 23 novembre 1966, dans un "spécial enseignement", pose la question à Jacques MONOD (biologiste et biochimiste, prix Nobel de Médecine 1965), à Laurent SCHWARTZ (mathématicien, professeur à l'Ecole polytechnique), et à Raymond ARON (philosophe, sociologue, professeur à la Sorbonne, directeur d'études à l'Ecole pratique des Hautes Etudes).F
Lire l’article de Claude Krief, Nouvel Observateur, N° spécial, Novembre 1966

DIX ANS APRÈS... PIERRE MENDÈS-FRANCE
Si depuis le 1° colloque de Caen (en 1956) des avancées ont été faites, les inquiétudes n'en demeurent pas moins : les dépenses de recherche sont insuffisantes, les étudiants s'éloignent des voies scientifiques, il y a un déficit des ventes de brevets ...
L'enseignement supérieur de masse est globalement bénéfique ; mais il doit aller au-delà du moment de la délivrance des diplômes, il faut adapter ses programmes et son fonctionnement.
L'Etat a une responsabilité primordiale, pour promulguer une fiscalité plus favorable à la recherche, pour déterminer des priorités, pour assurer aux établissements universitaires (comme à toutes les collectivités) une autonomie authentique.
" Dix ans après... "Pierre MENDÈS-FRANCE in L'Université face à sa réforme - Revue de l'Enseignement Supérieur, N°4, 1966 pp.47-53

LES UNIVERSITÉS J.E. DUBOIS, MARC ZAMANSKY, ROBERT LATTÈS
Rapport final de commission I - structures, finalité et fonctionnement des universités - rédigé par JE DUBOIS, Marc ZAMANSKY (mathématicien, Doyen de la Faculté des sciences de Paris) et Robert LATTES (directeur général de la Société d'informatique appliquée)
- Principes généraux : le ministère de l'éducation nationale élabore la politique générale d'une pluralité d'universités et centres universitaires diversifiés et à caractère interdisciplinaire ; les universités (et centres universitaires) se différencient par leur importance et la nature des secteurs qu'elles regroupent, par leur accès, leurs méthodes de travail, leurs débouchés.
- L'université est une réunion de départements, d'écoles, d'instituts de recherche, et éventuellement de laboratoires.
Elle est gérée par :
. un président (élu par l'ensemble des enseignants)
. un conseil d'administration (50% de membres élus par le sénat et 50% de personnalités extérieures)
. un sénat universitaire (composé uniquement d'universitaires)
- Les "chaires" d'enseignants sont supprimées. Le personnel technique de l'enseignement supérieur et du CNRS est regroupé dans un cadre unique. Etudiants : le succès à un examen n'est pas un droit à poursuivre ses études à un quelconque niveau ultérieur.
" Les universités" J.E. DUBOIS, Marc ZAMANSKY, Robert LATTÈS in L'Université face à sa réforme - Revue de l'Enseignement Supérieur N°4, 1966 pp. 144 à 150

DU RÔLE DE L’ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE DANS LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE MODERNE ROBERT LATTÈS Robert LATTÈS est directeur général de la Société d'informatique appliquée.
La recherche scientifique  et technique est devenue la première des matières premières ; elle suppose une certaine liberté mais aussi, compte tenu de son importance, une organisation, une insertion dans la société, une certaine centralisation.
L'enseignement doit contribuer à éveiller l'esprit critique, mais il faut également un esprit d'équipe, de la mobilité...
Il faut envisager la création d'un organe permanent d'organisation de la recherche, une politique de décentralisation et de mobilité dans l'enseignement, la création d'une revue de haut niveau.
"Du rôle de l'enseignement et de la recherche dans la société industrielle moderne" Robert LATTÈS in L'Université face à sa réforme - Revue de l'Enseignement Supérieur N°4, 1966 pp.101-114

1967

AVRIL 1967 ● ÉLÉMENTS POUR UN DOSSIER SUR LE COLLOQUE DE CAEN● Le colloque de Caen est resitué dans le contexte de la crise de l’université. Ses propositions, caractéristiques d’une approche technocratique, n’annoncent-elles pas la future réforme de l’enseignement supérieur, beaucoup plus profondément que le plan Fouchet ?
Extraits de la revue « 21x27 » Cahiers de L'U.N.E.F, N° 16
L’U.N.E.F et le colloque de Caen, Tribune Etudiante, Caen, Avril 1967

HAUT DE LA PAGE


credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio