newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM


Cliquez sur les rubriques de votre choix :

> Les Grandes Ecoles








 


UNIVERSITÉ / LES GRANDES ÉCOLES

 

1961

AVRIL 1961 ● CAEN ● CONGRÈS DE L'UNION DES GRANDES ÉCOLES (U.G.E) ● La tendance favorable à une collaboration étroite avec l'U.N.E.F. l'a emporté. Les délégués de 21 écoles (sur 90) n'avaient pas participé à l'Assemblée Générale pour protester contre cette collaboration trop étroite. La minorité n'a pas participé à l'élection du bureau : ses membres "apolitiques" sont favorables généralement au recrutement autonome des grandes écoles, donc opposés à la réforme proposée par la majorité prévoyant une propédeutique qui préparerait simultanément aux grandes écoles et aux facultés.
Ont été élus :
Les bureaux : Président, ADINE (Agro, Paris) ; secrétaire général, DUREL (Mines, Paris) ; trésorier, PADIEU (ENS).
(Etrait d’Analyses et Documents N°12, 20 avril 1961)

15 SEPTEMBRE 1961 ● L’UNION DES GRANDES ÉCOLE PROTESTE CONTRE L’INTERDICTION FAITE Á DOMINIQUE WALLON, PRÉSIDENT DE L’UNEF DE SE PRÉSENTER AU CONCOURS DE L’ENA compte tenu de ses engagements politiques en faveur de l'Algérie. L'U.G.E souligne que cette décision a été prise au moment où la France signait la "convention contre la discrimination dans l'enseignement". Même l'U.D.T. (gaullistes de "gauche") dénonce ce qu'elle nomme "une faute politique".
(Extrait Analyses et Documents, N°19, 15 septembre 1961)

AUTOMNE 1961 ● PROTESTATION DE L’UNION DES GRANDES ÉCOLES ET DE LA FÉDÉRATION DE L'ÉDUCATION NATIONALE CONTRE LA F.N.E.F.● L’U.G.E doute de la représentativité d'une association dont l'existence n'est justifiée par aucune élection. La F.E.N. dénonce une association "inspirée par des extrémistes de droite dont les conceptions, qu'ils ne cachent pas, ne correspondent ni au libre choix des étudiants, ni mêmes aux thèses défendues officiellement par le gouvernement". L’Assemblée consultative à Montpellier de la F.N.E.F. rassemblait essentiellement des étudiants en médecine, en pharmacie, en droit (à noter que la "corpo" la plus importante des étudiants en médecine soutient, à Paris, l'U.N.E.F.) soit les associations traditionnellement classées à droite et à l'extrême droite. On retrouve, en effet, dans la F.N.E.F. des anciens amis de l'étudiant Le Pen et de son ami Lagaillarde. On s'accorde à penser que l'opération de soutien matériel de la F.N.E.F. engagé par le gouvernement serait téléguidée par l'homme-lige de Debré, au Haut Commissariat, Olivier Philip qu'on retrouve régulièrement à l'origine de toutes les mesures prises à l'encontre des mouvements de jeunesse.
(Extraits Analyses et Documents, N°20, 5 octobre 1961)

1964

26 – 30 MARS ● TOULOUSE ● 18ème CONGRÈS UGE ● Le président Jean LONGEOT résume ici les thèmes de réflexion du congrès dont les analyses rejoignent celles de l’UNEF. Les congressistes ont orientés leur réflexion sur la condition de l’étudiant et sur la nécessaire transformation de l’enseignement tant du point de vue des méthodes que du contenu. Conscients de la nécessité d’associer les étudiants à la réflexion, ils souhaitent travailler sur la réalité du monde professionnel. Dans ce but, des groupes de réflexion réuniront dans les écoles les élèves avec des syndicalistes cadres et ouvriers. Ce travail dans le domaine des liaisons Université-Économie pourrait par ailleurs éclairer d'un jour nouveau la recherche sur la réforme de l'enseignement supérieur et en particulier des Grandes Écoles.
U.G.E. 18ème Congrès, 21/27 L’Étudiant de France. N° 7 – Spécial – Avril 1964, pp 16- 17

1969

OCTOBRE 1969 ● LE SYSTÈME DES CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES ● UNE MACHINE BIEN HUILÉE
La clé de voûte du système est le concours d’entrée aux grandes écoles et la création du mythe de l’élite. Compétition individuelle, psychose du classement, et abrutissement par une surcharge de l’emploi du temps, études abstraites et coupées de la réalité sociale, sélection qui aboutit à ne prendre que les meilleurs et les plus favorisés : tous ces facteurs aboutissent à un système pour une caste au service de la classe dominante.
●  Lire l’article de l’Étudiant de France, Octobre 1969

OCTOBRE 1969 ● LES GRANDES ÉCOLES : HISTOIRE ET CONTRÔLE ● UNE MACHINE BIEN HUILÉE (2ème partie)
La création des Grandes Écoles correspond au premier développement de l’industrie mais aussi à la prise de pouvoir de la bourgeoisie. Les écoles créées correspondent aux besoins nouveaux, véritable bras droit des patrons. L’article démontre comment la bourgeoisie exerce son pouvoir et contrôle ces grandes écoles.
2ème partie de l’article de l’Étudiant de France, Octobre 1969

22 NOVEMBRE 1969 ● ÉTUDIANTS ET CHERCHEURS RECOIVENT BILLECOCQ AUX MINES DE NANCY ● Depuis le début de l’année les visites ministérielles se font de plus nombreuses dans les Grandes Écoles pour les démarquer de l’Université, les isoler et tenter de passer des alliances avec les élèves par toute l’idéologie d’élite transmise à travers l’enseignement et la vie dans ces Grandes Écoles. Le groupe U.G.E. des Mines a su mobiliser les élèves et a pu recevoir le Ministre avec pour mot d’ordre « Cinquantenaire de l’Université de classe » !
L’Etudiant de France, N°4 Janvier 1970

 


credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio