newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM


Cliquez sur les rubriques de votre choix :

> Les réformes Universitaires

> Les Grandes Ecoles

> Les Lycées : "les C.A.L."

> Débats et analyses

> Colloque de Caen

 









 


UNIVERSITÉ / LES LYCÉES

 

1962

6 FÉVRIER 1962 ● LA JOURNÉE DE LUTTE CONTRE LE FASCISME CHEZ LES LYCÉENS ● LARGE PARTICIPATION ● Les lycéens s’engagent dans la lutte anti-fasciste : bagarres à la sortie des lycées avec les extrémistes de droite, distribution de tracts, création de 30 comités anti-fascistes, représentant 3000 lycées, qui s’unissent dans le « Front antifasciste lycéen » et adhèrent à l’unanimité au F.U.A. (Front universitaire antifasciste). Cette journée du 6 février permet de mesure l’engagement lycéen et leur combativité contre l’O.A.S. et la guerre d’Algérie. La circulaire Paye doit être dépassée, face à la négociation, les antifascistes doivent montrer que leurs alliés naturels sont les révolutionnaires algériens, déclare Jacques-Arnaud Penent, Président ESU.
Lire le texte de J.A. Penent, Tribune Étudiante, N°5-6, Janvier – Février 1962

1968

LES COMITÉS D’ACTION LYCÉENS ET L’UNEF OUVRENT CONJOINTEMENT LE NUMERO DE JUIN 1968 DE L’ÉTUDIANT DE FRANCE● Ils rappellent que tout au long du mois de Mai, travailleurs, étudiants et lycéens ont mené une lutte qui exprimait la même volonté et le même besoin : prendre en charge sa vie, son travail s’exprimer, comprendre et contester mais aussi construire en prenant en main tous les éléments du pouvoir là où ils existent : lycées, facultés, entreprises, quartiers…
Les Comités d’action lycéens n’ont pas suivis leurs aînés mais ont participé à part entière à la résistance contre la répression et ont montré leur solidarité avec les étudiants au nom d’une convergence d’intérêts et de revendications.
Lire l’Éditorial

JUIN 1968 ● « C.A.L »(COMITE ACTION LYCÉEN ) : SYNDICAT OU NON ?
Les Comités d'Action lycéens, qui regroupent les lycéens depuis le mois de décembre, devaient-ils ou ne devaient-ils pas prendre parti dans une lutte qui a vite débordé le cadre universitaire, pour prendre une tournure politique puisque la question à l'ordre du jour était (et reste) celle du pouvoir, du système capitaliste. En un mot, quel doit être le rôle des C.A.L. ? Le rôle des C.A.L. n'est pas d'être représentatifs de la grande masse des lycéens, mais d'être capables de la mobiliser dans l'action. tel est le rôle des militants des comités afin de développer un large mouvement de contestation en dehors des appareils politiques et syndicaux traditionnels. ●L’Étudant de France, Juin 1968

JUIN 1968 ● LA MOBILISATION DES LYCÉENS EN MAI EST LE RÉSULTAT D’UNE CRISE LATENTE DANS LES LYCÉES BIEN AVANT MAI 1968  Les contradictions croissantes et, de jour en jour, plus marquées dans les faits entre un système sclérosé et les aspirations des lycéens à la liberté d'expression et de création ne pouvaient qu'aboutir à cette explosion d'espoir. Aussi le rôle du mouvement étudiant n'a-t-il été que de catalyseur. Appel à tous les lycéens à continuer à se mobiliser pour faire triompher les revendications.
Lire l’Étudiant de France, Juin 1968

JUIN 1968 ● RADICALISATION DES LUTTES ÉTUDIANTES ● Les Lycéens dans ce numéro spécial Rentrée analysent avec l’UNEF les luttes du mois de Mai. Au début des manifestations de Mai, les enseignants ont soutenu les luttes étudiantes sur la base d’objectifs clairs et simples : non à la répression, non à l’évacuation par la police de la Sorbonne…Puis les manifestations sont devenues une lutte politique contre le pouvoir et un questionnement sur la place de l’Université dans la société. L’apparente unité des milieux universitaires s’est alors brisée et deux tendances antagonistes sont alors apparues.
Lire l’Étudiant de France, Juin 1968

JUIN 1968 ● PROGRAMME DE LUTTES DANS LES LYCÉES POUR LA RENTRÉE● Les C.A.L revendique le maintien de ce qu’ils ont obtenu pendant les luttes de Mai et veulent lutter pour ce qu’ils n’ont pas obtenu : questions de discipline, de l’enseignement, remise en question de l’examen, et gestion des services culturels et politiques.
L’Etudiant de France, Juin 1968

JUIN 1968 ●DÉVELOPPEMENT D’UNE CONSCIENCE POLITIQUE ET REMISE EN CAUSE DU SYSTÈME SCOLAIRE AU TRAVERS DU MOUVEMENT DE MAI ● Des perspectives riches en développement dans le milieu lycéen.
Lire L’extrait in L’Étudiant de France, Juin 1968

1970

JANVIER 1970 ● CHASSE AUX SORCIÈRES AU LYCÉE LOUIS-LE-GRAND ● Après les évènements de  Mai 1968, les poursuites disciplinaires intentées dans les lycées et les facultés contre les étudiants les plus politisés et les plus conscients ont été fréquentes. Ici à Louis-Le-Grand, l’exclusion définitive de 7 élèves et l’exclusion temporaire de 7 autres est particulièrement inquiétante. Les moyens déployés pour une affaire mineure d’affiche collée signent le souhait d’un retour à l’ordre général et du retour de l’autoritarisme.
L’Etudiant de France, Janvier 1970


credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio