newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM



CLIQUEZ SUR LA DATE DE VOTRE CHOIX :



 

 

1970

23 JANVIER 1970 ● CONSEIL NATIONAL ÉTUDIANT EXTRAORDINAIRE avec en principe un seul délégué par section ; il est ouvert par une « adresse du BN du PSU». L’exclusion de l’Unef-Renouveau de l’UNEF, proposée par une motion de la section de Montpellier, est repoussée par 531 mandats contre 111, 33 abstentions et 39 refus de vote. Un amendement Rouilleault préconisant « l’existence de deux organisations distinctes » (« révolutionnaire » et « réformiste ») est rejeté, par 127 mandats, contradictoirement à un amendement Brain qui en recueille 292 (25 abstentions ; 160 refus de vote). Enfin une motion sur « l’insertion des étudiants dans les structures du parti » est adoptée à l’unanimité par le conseil national.

13 FÉVRIER 1970 ● ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ESU DE LA SECTION PARISIENNE ● Quatre points à l'ordre du jour : préparation du 21 février et de la semaine anti-impérialiste ; luttes universitaires ; campagne de la Mutuelle sur Paris ; armée

8 MARS 1970 ● COLLECTIF NATIONAL DE L’UNEF.

29 MARS 1970 ● PARIS ● SALLE DU FIAP JEAN MONET● NOUVEAU COLLECTIF NATIONAL DE L’UNEF ● Il est Tenu à huis clos pour préparer la représentation au 58ème congrès à partir de la reconnaissance des nouvelles structures de l'UNEF, issues de la modification des statuts.

2 - 5 AVRIL1970 ● ORLÉANS ● 58ème CONGRÈS DE L’UNEF ● Le rapport d'activité du bureau national sortant est rejeté par 1099 "contre" (par conjonction de toutes les oppositions, y compris les "marxistes- léninistes "), 597 "pour ", 48 abstentions et 43 refus de vote, mais il n'existe aucune majorité alternative à la majorité relative qu'il représente. Ce que prouve en fin de Congrès l'élection du nouveau bureau national, effectuée contradictoirement entre trois listes :
Liste Chassine (courant ESU, soutenu par " HR") : 824 mandats (46,3%)
Liste Serac (tendance AJS) : 610 mandats (34,3%)
Liste Konopnicki (tendance UEC -"Unef-renouveau ") : 304 mandats (17,1%)
(Divers : 22 abstentions, 19 refus de vote, 1 blanc : 42 mandats (2,3%)
Voir aussi la rubrique ESU/UNEF

6 AVRIL 1970 ● LE BUREAU NATIONAL DU PSU FAIT LE POINT SUR LE CONGRÈS DE L’UNEF ● Rapporteur : Henri Leclerc, assisté de Roger Barralis et Luc Barret. Il décide de suspendre la direction politique étudiante et de constituer un groupe de travail de 15 membres : 4 membres du bureau national (Robert Chapuis, Henri Leclerc, Jean-Marie Vincent et Abraham Béhar), 10 ESU, et Marc Heurgon.

13 AVRIL 1970 ●  LE BUREAU NATIONAL DU PSU ÉVOQUE DE NOUVEAU LES PROBLÈMES ÉTUDIANTS ● Il décide de convoquer une assemblée générale des ESU les 14 et 15 juin ; elle sera préparée par une "Direction politique provisoire étudiante" (DPPE) animée par Jean-Pierre Bompard et Jean-Laurent Cascarano et placée sous la responsabilité d'un collectif de 5 membres du bureau national, dont 3 des 4 déjà désignés la semaine précédente (Henri Leclerc n'en fait plus partie) et 2 nouveaux (Serge Mallet, Jacques Malterre) .

24 AVRIL 1970 ●  APPEL UNITAIRE CONTRE LE PROJET DE LOI ANTI CASSEURS ● Il est  signé de la Convention des Institutions Républicaines, d'Objectif 72, du PCF, du Parti Radical Socialiste, du PS et du PSU , de la CFDT, de la CGT, de la FEN, et de l'UNEF 
Voir le tract d’ Appel unitaire contre la « loi anti-casseurs »

18 AVRIL 1970 ● ASSEMBLÉE GÉNERALE POLITIQUE DE LA FÉDÉRATION DE PARIS DU PSU ● Son ordre du jour est largement consacré aux problèmes étudiants.

FIN AVRIL 1970 ● CIRCULAIRE DE LA DIRECTION POLITIQUE PROVISOIRE ÉTUDIANTE ● signée par Jacques Pomarède, elle appelle aux diverses mobilisations des 8, 9 et 10 mai.

30 AVRIL - 3 MAI 1970 ● CAEN ● 22ème CONGRÈS DE LA MNEF Pierre Masson est réélu Président.

9 MAI 1970COLLECTIF NATIONAL DE  L'UNEF

10 MAI1970 ● VINCENNES, CLARIÈRE ST HUBERT ● RASSEMBLEMENT NATIONAL « VIETNAM » ● Manifestation étendue au Sud-Est asiatique. A l'appel d'une quarantaine d'organisations ; il est préparé par une réunion des ESU le 8 mai.

22 au 24 MAI 1970 ● ECOLE CENTRALE DE CHATENAY-MALABRY (92) ● 24ème CONGRÈS DE L’UNION DES GRANDES ÉCOLES  (UGE) ● Le bureau national (tendance ESU) obtient 78% des mandats contre 22 % à l'Unef-Renouveau.

4 JUIN  1970 ● VOTE DE LA LOI « ANTI CASSEURS  à l'Assemblée Nationale ; la Gauche Prolétarienne (GP) est dissoute peu après.

8 JUIN  1970 ● PARIS ● MEETING UNITAIRE ● Violentes invectives des groupes maoïstes et spontanéistes contre la LCR et le PSU.

25 JUIN  1970 ●  ANNONCE DE LA CRÉATION DE « SECOURS ROUGE »

13-14 JUIN 1970 ●   ASSEMBLÉE DES ÉTUDIANTS DU  PSU , à caractère non décisionnel, convoquée par le Bureau national du PSU. Le bureau national du PSU s'implique plus fortement sur les questions étudiantes, et décide de "geler" les questions de direction des ESU, en mettant ceux-ci en gestion (presque) directe. "

25 JUIN 1970 ●  JUSSIEU ● COLLECTIF NATIONAL UNEF.

FIN JUIN 1970 ● ROUEN ● CONSEIL NATIONAL DU PSU ● Apparition officielle des tendances "maoïsante " (Emmanuel Terray ; fédérations des Bouches-du-Rhône et des Hauts-de-Seine ; 95 mandats ; 16,7 %) et "trotskisante " (Jacques Kergoat ; 26 mandats ; 4,7 %) ; cette dernière se trouvera immergée ultérieurement dans la "tendance Simon " (du nom du secrétaire de la fédération de Paris) qui est plus composite (voir congrès de Lille) ; pour l'heure, Philippe Simon rassemble 116 mandats (20,5 %) sur un texte qu'il a déposé avec Manuel Bridier et Marc Heurgon, face au texte majoritaire (Chapuis-Dubreuil-Mallet-Vincent) qui recueille 326 mandats (58,60 %) .

AOÛT 1970 ● DISCUSSIONS SUR L’ORGANISATION DU SOUTIEN AU BUREAU NATIONAL DE L’UNEF AVEC DES ESU venus de province en renfort : Jean-Marie Kennebroeck, Christian Floderer, Paul-Alain Duprez, Gérard Tafani, Joël Pertek, Claude Massault.

31 AOÛT - 9 SEPTEMBRE  1970 ● EGLETONS (CORRÈZE) ● STAGE NATIONAL DES ESU ● Cette rencontre massive (150 participants) et longue donne l'occasion aux tendances préexistantes (" Point Rouge" et "Dauphine") de se développer et de s'affronter de manière organisée et virulente

SEPTEMBRE 1970 ●  ABSENCE DE RENTRÉE DE L’UNEF Pas de plaquette de rentrée, ni de tract ; c'est le vide quasi-complet rue Soufflot , où les locaux sont souvent fermés. Le premier collectif est alors prévu au 10 octobre.

17 SEPTEMBRE 1970 ● PARIS ● SIÈGE DU PSU ● RÉUNION DE BILAN POLITIQUE DU STAGE D’EGLETONS ● Sont présents : Robert Chapuis et Jean-Marie Vincent ainsi que Jacques Malterre (alias Hubert Prevost) pour le bureau national du PSU, Jean-Pierre Chassine, Pascal Dorival, François Peronnet, Louis Adam, pour le bureau national de l'UNEF et Jean-Luc Cascarano de la commission statutaire de l'UNEF ; et en soutien du bureau national de l'UNEF : Jacques Sauvageot, Jacqueline Maury, Joël Pertek, Jean-Claude Boisseau et Sophie Sayanoff en fin de réunion.

18 SEPTEMBRE 1970 ● RÉFLEXION SUR LA CONSTRUCTION DE LA « FRACTION RÉVOLUTIONNAIRE INTERNE ET EXTERNE » ● Jacques Sauvageot rencontre Henri Weber sur cette réflexion lancée à Egletons. Jean-Marie Vincent veut " pousser les feux " vers l'annonce publique de la création, avec la Ligue, d'une fraction appelée "UNEF révolutionnaire" dès le lendemain du collectif national de l'UNEF ; Presque immédiatement après, la tendance Point Rouge cesse de travailler avec le reste du bureau national de l'UNEF.

29 SEPTEMBRE 1970Mort de Nasser, Président de l'Egypte, juste aprés le conflit avec Hussein en Jordanie

SEPTEMBRE 1970 ● DISCUSSIONS SUR LA REPRESENTATION DE L’UNEF (ET DU PSU) AU COMITÉ PALESTINE ● Les divergences au sein du bureau national de l'UNEF entraînent l'intervention de Manuel BRIDIER au nom du bureau national du PSU.

RENTRÉE UNIVERSITAIRE 1970Mise en place des nouvelles universités prévues par la Loi Faure

9 OCTOBRE 1970 ● CHARLES BERG ANNONCE LA CRÉATION DE SA FRACTION SYNDICALE AU SEIN DE L’UNEF ● En fait, il y a bien longtemps qu'elle existe, mais il s'agit pour lui de l'officialiser : ce sera chose faite le 5 décembre, au centre universitaire Dauphine, à l'issue d'une rencontre nationale, par la création d'une "Tendance pour l'unité syndicale " appelée à un avenir pluri décennal . En attendant, l'AJS (Alliance des jeunes pour le socialisme) occupe les locaux de l'UNEF le 19 octobre.

15 OCTOBRE 1970 ● Anouar-Al-Sadate succède à Nasser à la présidence de l'Egypte

18 OCTOBRE 1970 ● COLLECTIF NATIONAL DE L’UNEF ● Préparé par une" infra " des ESU le 17 au PSU. Ce collectif avait été reporté du fait des difficultés du bureau national à la rentrée

24 OCTOBRE 1970 ●  RÉUNION NATIONALE D’UNE NOUVELLE TENDANCE ESU EN FORMATION AUTOUR DES SECTIONS DE MEDECINE PARIS ET DE MONTPELLIER ● Entre ces sections apparaissent cependant immédiatement des divergences de fond, notamment à propos de l'exclusion de l'Unef-renouveau. L'exclusion est prônée par Montpellier, alors que le texte de Médecine-Paris rejette l'exclusion des réformistes et des révisionnistes à court terme.

24 - 25 OCTOBRE 1970 ●  ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’UNION DES GRANDES ÉCOLES ● Elle est  interrompue physiquement par l'Unef-Renouveau qui conteste le mode de représentation, basé comme à l'accoutumée sur les cartes de l'année précédente et les mandats du congrès précédent. (Au congrès de mai, à Châtenay-Malabry : 78% pour le bureau national - tendance ESU, et 22 % pour l'opposition - tendance Unef-Renouveau).

24 - 25 OCTOBRE 1970 ●  MARSEILLE ●  STAGE NATIONAL DE LA TENDANCE « TERRAY » AU SEIN DU PSU ● Sont présents une centaine de participants : adhérents du PSU mais aussi quelques autres militants proches ou organisés dans d'autres groupes. Le compte-rendu en est effectué par Bernard Frevaque, Henri Rouilleault et Alain Salmon ; à l'issue de cette réunion, la "Gauche Révolutionnaire " (GR) se met en place en tant que tendance organisée, avec ses propres bulletins réguliers.

3 NOVEMBRE 1970 ● Salvador Allende devient président du Chilli, il est le candidat de l'unité populaire regroupant le Mouvement de la Gauche Républicaine et le Parti Communiste

8 NOVEMBRE 1970 ● PARIS ● ENSET ● ASSEMBLÉE GENERALE DE L’UGE (UNION DES GRANDES ÉCOLES) ● Le bureau national de l'UGE refuse de déclarer l'ouverture de cette assemblée, en raison de la pression physique de l'Unef-Renouveau. L'Unef-Renouveau déclare finalement avoir tenu l'assemblée générale et élu un nouveau bureau présidé par Michel Colin, élève de l'Institut national Agronomique. Ce bureau auto proclamé va occuper les locaux de l'UGE au 71, rue d’Aboukir (2ème arrondissement).

9 NOVEMBRE 1970Mort du Général de Gaulle

FIN OCTOBRE – DEBUT NOVEMBRE 1970 ● PARIS ● HOTEL MODERNE INTERVENTION DE MICHEL ROCARD ● Il commence son intervention par cet aveu : "alors oui, l'UNEF , le problème de l'UNEF est insoluble ", et plus loin il dit encore :   "quel est le sens de notre bataille dans ce secteur, c'est de préserver l'UNEF pour des temps meilleurs "

7 - 8 NOVEMBRE 1970 ● DIRECTION POLITIQUE NATIONALE DU PSU ● "Rapport sur les luttes étudiantes". La DPN  préconise notamment, pour ce qui est de l'UNEF :- pas de cartellisation avec les groupes révolutionnaires - courant interne et externe à l'UNEF - séparation organisationnelle inévitable avec UEC et AJS.

11 NOVEMBRE 1970 ● RÉNION DES SECTIONS ÉTUDIANTES DE LA RÉGION PARISIENNE ● Elle est convoquée par le bureau national du PSU pour annoncer les décisions de la direction politique nationale. Le bureau fédéral de Paris s'insurge contre cette convocation, et prévoit la mise en place d'une coordination des ESU de la région parisienne pour le 14 novembre.

14 - 15 NOVEMBRE 1970 ●  RÉUNION NATIONALE DES CAUGE (comités d'action de l'Union des grandes écoles) soutenant le bureau Frachet (tendance majoritaire - ESU - de l'UGE).

28 - 29 NOVEMBRE 1970 ● PARIS ● RÉUNION NATIONALE D'UNE CENTAINE D'ÉTUDIANTS PSU ET/OU PROCHES DU BUREAU NATIONAL UNEF Après cette réunion des 28/29 novembre est diffusé un texte (dit " texte Caroz"), revêtu de 16 signatures de militants ESU ou proches, qui s'élèvent contre la ligne dite de "l'UNEF à tout prix ", qui annonce la création d'un "collectif de direction" contre la participation, et qui condamne le putsch de l'Union des étudiants communistes (UEC) à l'Union des grandes écoles (UGE).
Voir aussi la rubrique ESU/UNEF et le texte de Christian CAROZ

1er DÉCEMBRE  1970 ● PRÉPARATION DES ÉLECTIONS MUNICIPALES DE 1971 ● En vue de ces élections, un projet de déclaration commune du PCF et du PSU fait l'objet d'un accord de leurs délégations.
[Suite à la remise en cause ultérieure par le bureau politique du Parti communiste de ce projet d’accord, le PSU rompt officiellement le 20 janvier suivant les négociations nationales avec le PCF sur les élections municipales. ]

4 DÉCEMBRE  1970 ● CONVOCATION PAR ROBERT CHAPUIS D’UNE RÉUNION DU COLLECTIF NATIONAL ENSEIGNEMENT DU PSU pour le vendredi 11 décembre, avec, en premier point de l'ordre du jour : " information sur les problèmes étudiants".

7 DÉCEMBRE  1970 ●  RÉUNION DU BUREAU NATIONAL DU  PSU, qui décide que les ESU doivent quitter l'UNEF, par un texte de quatre pages. Ce texte dit notamment :
1 - qu'il a été élaboré "après consultation de camarades représentatifs de différents courants des étudiants du PSU" - il s'agit là d'une reconnaissance formelle par le bureau national du PSU de la "balkanisation " des ESU
2 - " Le bureau de l'UNEF convoquera la commission de contrôle dans le courant de cette semaine ; il lui remettra l'ensemble des cartes UNEF à charge pour cette commission de veiller à leur distribution ".
"Le Collectif de l'UNEF sera convoqué dés le début de janvier avec comme point unique à l'ordre du jour la démission du bureau national ".
3- Ce point précise : " Le PSU est prêt à prendre les contacts nécessaires pour empêcher, compte-tenu de la répartition des mandats à l'intérieur du collectif, l'élection en janvier d'une direction Unef-renouveau. Il est prêt à discuter avec l'AJS de cet objectif limité"
4 - ce point ajoute : " La démission du bureau national aura pour conséquence immédiate d'amener les comités d'action qui soutenaient ce dernier à quitter l'UNEF ; elle ouvrira d'autre part la voie au regroupement de l'ensemble des organisations révolutionnaires au sein d'une nouvelle organisation de masse".

12 DÉCEMBRE  1970 ●  ASSEMBLÉE D’INFORMATION DES ÉTUDIANTS DU PSU ● Communication officielle des nouvelles orientations du parti concernant le départ des ESU de l'UNEF.

14 DÉCEMBRE  1970 ●   RÉUNION DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DE L’UNEF

18 - 19 DÉCEMBRE  1970 ●  RAPPORT D’ACTIVITÉ DU BUREAU NATIONAL DU PSU PRÉSENTÉ AU CPN EN VUE DU CONSEIL NATIONAL DE JANVIER 1971 ● Le bureau national du PSU tire un bilan (auto)critique de la période écoulée et entérine le départ de l'UNEF. "Nous avons été conduits au retrait pur et simple de l'UNEF, ce qui est une défaite politique grave", après avoir précisé : "l'échec de l'UNEF est bien un échec du parti "
Voir aussi la rubrique ESU/PSU janvier 1971

HAUT DE LA PAGE

 

credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio