newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM

 

CLIQUEZ SUR LA RUBRIQUE DE VOTRE CHOIX :



>AFRIQUE

>AMERIQUES

>ALGERIE

>LES BALKANS

>ASIE

>EUROPE

>MOYEN-ORIENT

>VIETNAM

 

 









 


INTERNATIONAL / EUROPE

DOCSBLANCREGARDS

ALLEMAGNE

7 AU 13 AVRIL 1963 ● CONGRÈS DE L’UNEF Á DIJON ● INTERVENTION DE IGNAZ-BENDER, VICE-PRÉSIDENT INTERNATIONAL (ALLEMAGNE) ● LES ÉTUDIANTS ALLEMANDS FACE AU TRAITÉ FRANCO-ALLEMAND ● Le 22 Janvier 1963 ADENAUER et de GAULLE signent le traité d'amitié franco-allemand de l'Elysée. Il stipule que des sommets seront organisés régulièrement entre les deux pays. C'est la création de l'Office franco-allemand de la Jeunesse. Les étudiants allemands, par la voix de leur vice-président international, ont précisé leurs réserves sur ce traité en particulier en ce qui concerne les échanges culturels entre les deux jeunesses et les étudiants. Il précise que ce traité dans son troisième point n’a pas été abordé préalablement avec les organisations de jeunesse et notamment d’étudiants. Les étudiants allemands revendiquent la participation à la Commission d’élaboration des échanges à condition que son partenaire français soit l’UNEF et que les échanges franco-allemands ne limitent pas les activités internationales du syndicat, en particulier avec tous les autres pays d’Europe.
Les Cahiers de l’UNEF, N°4, Avril – Mai 1963

AVRIL 1967 ●- BERLIN : POINT CHAUD DANS LE MOUVEMENT OUVRIER ● Depuis plus d’un an, de nombreuses crises agitent l’Université Libre de Berlin-Ouest. Les actions menées font preuve d’une grande créativité militante et posent des problèmes qui vont au-delà de l’université.
Extrait de la revue « 21x27 » Cahiers de L'U.N.E.F, N° 16

ESPAGNE

2 MARS 1965 ● À LA MUTUALITÉ, SOLIDARITÉ AVEC LES PEUPLES ESPAGNOL ET PORTUGAIS ● À l’appel de l’UNEF, du Mouvement de la Jeunesse Communiste, et des étudiants du P.S.U, 4000 étudiants et jeunes de la région parisienne se sont rassemblés pour affirmer leur solidarité avec leurs camarades espagnol et portugais contre les dictatures de Franco et Salazar.
Tribune Socialiste N° 230, 6 Mars 1965

FÉVRIER 1969 ● OÚ VA L’ESPAGNE ? ● La promulgation de l’état d’exception interroge le mouvement révolutionnaire français qui analyse le sens des transformations intervenues en Espagne de 1939 à aujourd’hui et les contradictions qu’a engendré le système capitaliste en Espagne comme ailleurs. En 1968-1969 l’opposition  du mouvement révolutionnaire étudiant est sévèrement réprimée, comme toute opposition au pouvoir franquiste. Des étudiants madrilènes font l’historique des luttes universitaires, des mouvements syndicaux et de la politisation grandissante des étudiants qui organisent une lutte appuyée par la base et s’opposent à la tendance bureaucrate des syndicats existants. Ils luttent avant tout contre la répression et demandent le soutien de tous contre le régime fasciste de Franco.
Lire les deux articles publiés dans L’Étudiant de France, Nouvelle Série N°5, Février 1969 : « Où va l’Espagne » et « Le mouvement estudiantin en Espagne »

AVRIL 1969 ● EXCEPTION ET ORGANISATION DE LA LUTTE ● Dés 1958 et surtout après la grève de 1962, les commissions ouvrières s’étendent dans tous les centres industriels du pays et traduisent la riposte organisée des travailleurs aux « plans oligarchiques » du développement monopoliste.  La lutte de masse organisée par les commissions et la capacité qu’ont ces groupes révolutionnaires à impulser, diriger et coordonner la lutte est une analyse urgente à faire pour la construction du socialisme.
L’Etudiant de France – Nouvelle Série N°7, Avril 1969

FRANCE

OCTOBRE 1967 ● POUR UNE PROGRAMMATION EUROPÉENNECONFÉRENCE DE PRESSE Pierre Mendès-France fait des propositions concernant la construction européenne. Il préconise l’institution d’une autorité politique européenne dotée d’attributions propres pour mener à bien une action collective  basée sur une planification à l’échelle de l'Europe. Il propose une harmonisation des mécanismes bancaires et une politique monétaire commune. Il demande une harmonisation des objectifs sociaux pour favoriser la redistribution sociale. Que se soit dans le domaine des investissements, de la science et de la technique il lui semble urgent d’instaurer la coordination des politiques.
Tribune Socialiste Spécial étranger, N°343, 12 octobre 1967

OCTOBRE 1967 ● LA GRANDE BRETAGNE ET LE MARCHÉ COMMUN ● PIERRE MENDÈS FRANCE ● Deuxième extrait de la conférence de presse donnée par Pierre Mendès France sur les problèmes posés par la demande d’entrée de la Grande Bretagne au Marché Commun. L’Angleterre manque de réserves monétaires, en particulier du fait de sa contribution importante à l’effort de guerre. En revanche l’Europe des Six dispose de plus de 20 milliards de dollars de réserves. L’entrée de la Grande Bretagne dans le marché commun est une chance de constituer un pool européen des réserves monétaires et de créer un fonds d’égalisation des échanges monétaires. Pierre Mendès France explicite ici son idée d’une harmonisation des politiques et des échanges monétaires des pays de l’Europe pour la création d’une politique monétaire commune.
Tribune Socialiste N° 344, 19 Octobre 1967

DÉCEMBRE 1967 ● EUROPE : LE 4ème CONTINENT ● MANUEL BRIDIER ● La question d’une stratégie socialiste internationale n’est pas seulement théorique. La guerre du Vietnam, les guérillas d'Amérique Latine, les massacres d'Indonésie, les violences de Little Rock montrent à chacun qu’il existe un lien objectif entre ces luttes et les nôtres. Sous des formes bien différentes, les luttes économiques, sociales et politiques des travailleurs occidentaux font de l'Europe le « quatrième continent » de la lutte anti-impérialiste. La lutte ne peut être menée que sur la base du socialisme contre l’impérialisme.
Tribune Socialiste N°353, 21 décembre 1967

24-25 FÉVRIER 1968 ● COLLOQUE DE CACHAN ● Organisé par les « Rencontres Sociales de Grenoble » et la « Gauche Européenne » le colloque avait pour thème « La Gauche et l’Europe ». Le dialogue, établi entre la Gauche Européenne social-démocrate et les Rencontres Socialistes de Grenoble a été difficile tant l'analyse de la réalité européenne, la méthode d'approche des problèmes et la conception même du socialisme sont différentes. Sont publiés des extraits des interventions de M. Bridier, M. Rocard et P. Mendès France. Les exposés de P. Naville et J. Malterre, annoncés dans un prochain numéro n’ont pas été publiés, compte tenu de l’actualité de l’année.
Tribune Socialiste N°362, 29 Février 1968

1973 ● LE MARCHÉ COMMUN CONTRE L’EUROPE ● BERNARD JAUMONT, DANIEL LENÈGRE, MICHEL ROCARD ● La construction de l'Europe issue du traité signé à Rome en 1957, communément appelé « Marché commun » n'est en fait rien de plus qu'une union douanière. Pour qu'une véritable communauté européenne sorte de ce projet, il aurait fallu qu'un même objectif ou du moins un même intérêt unisse ses promoteurs. Or le seul résultat de cette construction est aujourd’hui la recherche du profit dans un système capitaliste globalisé en faveur des multinationales. La rançon de ce système c’est pour les travailleurs l'augmentation de la productivité, l'accélération des cadences, l'accroissement de la mobilité, la concentration  de   la  production, l'entassement dans les banlieues-dortoirs, le sacrifice des équipements collectifs, l'éloignement du lieu de travail. Pourtant, la transition au socialisme paraît difficile si elle ne se réalise pas au niveau de toute l'Europe. Et il est donc urgent de développer la solidarité entre les travailleurs pour qu'il existe une chance de construire une Europe socialiste, c'est-à-dire le contraire d'un Marché commun.
Le Marché commun contre l’Europe : Bernard Jaumont, Daniel Lenègre, Michel Rocard, Editions du Seuil, 1973 – Introduction.

MARS 1979 ● MARCHÉ COMMUN ET DIVISION INTERNATIONALE DU TRAVAIL● DENIS CLERC ● L'objet de cet article est de démontrer que la division internationale du travail c'est-à-dire la règle de la spécialisation d’une production en fonction des coûts de production immédiats, sans prise en compte d’autres facteurs à long terme n'est souhaitable ni pour les uns, ni pour les autres. Elle renforce le mode de production capitaliste, accentue les déséquilibres et les inégalités, et empêche la mise en place d'une économie de type socialiste autogestionnaire.
Critique Socialiste N° 34, Mars 1979 pp.9-27

1er TRIMESTRE 1984 ● EN FINIR AVEC LA DÉSINDUSTRIALISATION DE L’EUROPE ● PHILIPPE MESSINE ● L'industrie, en France, a perdu, en moyenne, 130 000 emplois par an entre 1974 et 1984. Cette perte d’emplois touche tous les secteurs industriels et l’ensemble de la Communauté européenne. Face à cette désindustrialisation  il faut trouver les moyens de mener un projet de transformations structurelles pour l’Europe. Est-il possible d’avoir un projet politique de gauche pour l’Europe ? Est-ce l’occasion de bouleverser les relations sociales et l’organisation du travail ? Ce sont les questions auxquelles l’auteur répond.
Critique Socialiste N°48, 1er Trimestre 1984 article signé Philippe Messine pp. 15-27

GRECE

4 – 6 JUIN 1969 ● UN COLONEL GREC A PARTICIPÉ AU TRAFIC D’ARMES AU BOURGET ● Une large coopération entre les gouvernements français et grec s’inscrit dans une logique d’entente capitaliste entre les deux pays. Le colonel Makarezos, représentant de Papadópoulos, premier Ministre grec est reçu par Mesmer au Salon du Bourget pour lui permettre l’achat des toutes dernières armes, expérimentées notamment, au Vietnam. L’UNEF au nom de la solidarité internationale s’oppose à cette entente des impérialistes et des colonialistes.
L’Etudiant de France – Nouvelle Série N°8, Mai – Juin 1969

 

 

credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio