newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM

 

CLIQUEZ SUR LA RUBRIQUE DE VOTRE CHOIX :

 

>AFRIQUE

>AMERIQUES

>ALGERIE

>LES BALKANS

>ASIE

>EUROPE

>MOYEN-ORIENT

>VIETNAM

 









 


INTERNATIONAL / AMÉRIQUES

DOCSBLANCREGARDS

1961

AVRIL 1961 ● LIBERTÉ POUR CUBA! ● Fidel Castro a compris que l’indépendance politique sans l’indépendance économique n’est qu’une illusion. En nationalisant les entreprises étrangères dont les profits ne sont pas réinvestis sur place et ne contribuent pas au développement du pays, Cuba se coupe des États-unis et remet en cause la domination coloniale. En représailles, les États-unis instaure un blocus économique en particulier sur le sucre. Ce sont les achats massifs de l’URSS qui sauveront les cubains de la famine. Abattre Castro c’est condamner au communisme toutes les tendances progressistes latino-américaines. Contre l’impérialisme et le colonialisme, l’internationalisme des forces de gauche doit se mobiliser.
Tribune Socialiste N°50, 22 Avril 1961 signé Emmanuel Terray

1962

25 OCTOBRE 1962 ● TRACT : « CUBA SI ! » « YANKEE NO » !
Appel à un grand meeting du PSU le jeudi 25 0ctobre 1962 à la Salle de la Mutualité               ● Sorbonne Action N°1, Novembre 1962

1963

JANVIER 1963 ● LA RÉVOLUTION LATINO AMÉRICAINE ● CARLOS BOTH ● "La Révolution Socialiste est à l'ordre du jour en Amérique Latine. Aucune Sainte Alliance réactionnaire, aucun replâtrage capitaliste, aucune « réforme» démagogique ne pourront contenir le mouvement des masses latino-américaines vers leur émancipation."
Sorbonne action N°2-3,  Janvier - Février 1963

JANVIER 1963 ● LE NEUTRALISME CUBAIN EST-IL POSSIBLE ? ● DELICH ● Contre l’impérialisme américain , la dialectique révolutionnaire devient de plus en plus inflexible et le neutralisme a disparu face à la force de conviction révolutionnaire des cubains.
Sorbonne action N°2-3, Janvier - Février 1963

1966

3 – 10 JANVIER 1966 ● CONFÉRENCE DES TROIS CONTINENTS ● LA HAVANE :
CAPITALE DU TIERS MONDE EN LUTTE
● La conférence a réuni des délégués des gouvernements et de mouvements révolutionnaires d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Ben Barka a préparé intensément cette conférence et sa disparition toujours non explicitée alourdit le climat anti-américain de cette réunion. Le conflit sino soviétique n’est pas le centre des débats. Les délégués cherchent plutôt une stratégie mondiale qui permette à chaque pays et chaque mouvement révolutionnaire de jouer un rôle spécifique et complémentaire dans l’avancement du socialisme à travers le monde.
Tribune Étudiante, Nlle série N°2 janvier 1966

1968

MARS 1968 ● LA HAVANE ● CONGRÈS CULTUREL● APPEL A LA LUTTE CONTRE L’IMPÉRIALISME ● Le thème du congrès culturel portait sur le colonialisme et le néo­colonialisme dans le développement culturel des peuples, thème qui  avait été déjà longuement débattu à la conférence de l'O.L.A.S. Avant la publication de l’intégralité des textes du Congrès, l’article donne un passage de la déclaration générale
Tribune Etudiante, Mars 1968 N°9

MARS 1968 ● GUATEMALA : INDIO, GUERILLERO ET RÉVOLUTION ● En Amérique Latine, plus que partout ailleurs dans le Tiers-monde, le capitalisme américain a noué des liens avec la bourgeoisie nationale. Il veut, sous prétexte de défendre le « monde libre » et lutter contre le communisme, défendre d’abord leurs intérêts capitalistes. C’est dans cette perspective que l’auteur étudie les caractéristiques de la lutte anti-impérialiste au Guatemala.
Tribune Etudiante, N°9 - Mars 1968, article signé Hervé Huntzinger

2 OCTOBRE 1968 ● MEXICO ● LE CONSEIL NATIONAL DE GRÈVE (C.N.G.) VEUT FAIRE CONNAÎTRE SA POSITION ENVERS LES MASSACRES DE TLATELOCO SUR LA PLACE DES TROIS CULTURES LA NUIT DU 2 OCTOBRE 1968  ● AFFIRMATION DE LA SOLIDARITÉ DES ÉTUDIANTS DE L’U.N.E.F. Le C.N.G souhaitait dialoguer avec le gouvernement pour mettre fin à un conflit établi depuis trois mois. Malgré les arrestations, les pourparlers ont continué pour demander l’arrêt de la répression policière, la libération de tous les prisonniers politiques, l’évacuation des centres d’enseignement. Les manifestations ont été suspendues pour éviter l’escalade de la répression policière et ne pas exposer inutilement les militants et non pour capituler. Le C.N.G refuse la violence puisqu’il poursuit des objectifs démocratiques.
L’Étudiant de France, Novembre 1968

1969

23 AVRIL 1969 ● A PROPOS DE LA LUTTE DES ETUDIANTS AUX U.S.A.● Chaque printemps, l’armée nord-américaine envoie des recruteurs dans les centres d’enseignement des Etats-Unis. En outre des contrats sont signés entre l’Université et l’armée pour mener des études sur la guerre chimique et bactériologique dans les laboratoires universitaires. Contre cet état de fait des manifestations dans toutes les facultés, y compris à Harvard, se sont organisées pour l’interdiction d’accès des terrains universitaires aux recruteurs militaires, l’annulation des contrats pour la recherche de nouvelles armes, contre la discrimination raciale et la poursuite de la guerre au Vietnam. La répression est dure : gaz toxiques, matraquages, arrestations massives. C'est ainsi que Washington entend imposer «la liberté intellectuelle et la civilisation» dans les universités nord-américaines
L’Etudiant de France – Nouvelle Série N°8, Mai – Juin (Extraits d’une publication de GAMMA)

MAI – JUIN 1969 ● ARGENTINE ● LE POURQUOI DE LA RÉVOLTE DU PEUPLE ● Dictature du Général putschiste Ongania  à l’idéologie national-catholique . Gel des salaires, dévaluation à plus de 30%, suppression des mesures de protection agricoles, suppression du droit de grève. suppression de l’autonomie des Universités gérée par les enseignants et les étudiants et une répression sans précédent pour empêcher toute solidarité des étudiants avec les ouvriers. Depuis quelques semaines des manifestations importantes, soutenues par l’ensemble des argentins, sont organisées avec les étudiants et les ouvriers et ont mis en fuite les 1800 policiers armés. La lutte a gagné toutes les villes importantes. La C.G.T de Rosario appelle à la lutte contre le pouvoir pour la victoire du peuple.
L’ Etudiant de France – Nouvelle Série N° 8, Mai- Juin 1969

1970

JANVIER 1970 ●  GUYANE – AMÉRIQUE DU SUD ● A BAS L’IMPÉRIALISME !
L’impérialisme français épuise l’économie guyanaise au profit de ses orientations politiques. Il transforme la Guyane en une base militaire, utilise la main d’œuvre immigrée à bas prix, tue l’agriculture et l’élevage au profit d’un développement commercial sans rapport avec les aspirations des locaux et réprime dans la violence toute tentative de contestation. En Afrique du Sud, la France malgré l’embargo exporte des armes massivement et en fait une base d’exploitation de l’uranium à son profit.
L’Étudiant de France, Janvier 1970

HAUT DE LA PAGE

 

credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio