newsletters-esu-psu

BIOGRAPHIES | BIBLIOGRAPHIE | SIGLES | APPEL A DOCUMENTS | LIENS | CONTACT | FORUM




Cliquez sur les rubriques de votre choix :

> Santé

> Mixité

>Culture et Société

>Armée

> Cités Universitaires

> Allocation d'études

> M.N.E.F

BXSANTE


 


VIE ETUDIANTE / SANTÉ


1965

8 – 19 AVRIL 1965 ● BORDEAUX ● 54ème CONGRÈS UNEFRAPPORT DE LA COMMISSION SANTÉ ● La commission santé reprend les travaux effectués au Congrès de la MNEF et s’interroge sur l’orientation de l’UNEF vis à vis du déficit de la Sécurité Sociale. Le postulat est avant tout de maintenir une organisation de la sécurité sociale qui prenne en compte la gestion par et pour les usagers. Elle prône l’instauration d’un service autonome de santé permettant d’envisager dans leur ensemble les problèmes financiers et structurels et garantissant le principe de l’autonomie de gestion. La commission a également mené une réflexion sur le financement de l’allocation d’études dans le cadre du régime étudiant. Le rapport se termine sur la question des rapports MNEF/UNEF.
Le rapport de la Commission Santé, 54 ème Congrès de l’UNEF, Bordeaux Avril 1964-Avril 1965

1969

NOVEMBRE 1969 ● M.P.U (MÉDECINE PRÉVENTIVE UNIVERSITAIRE) : LES ÉLUCUBRATIONS DE LA COMMISSION MALLET● Créée à l’origine pour le dépistage de la tuberculose, la M.P.U devrait selon la commission Mallet développer une action de dépistage des troubles psychopathologiques d’inadaptation pouvant entraîner des échecs universitaires. L’U.N.E.F. et la M. N.E.F déplore le fait qu’on ne pose que les problèmes de dépistage sans poser les problèmes de prévention c’est-à-dire sans s’attacher aux racines mêmes des troubles qui seraient liés à l’actuelle structure universitaire.
L’étudiant de France, Novembre 1969, Numéro Spécial élections M.N.E.F

NOVEMBRE 1969 ● POUSSÉE DES LUTTES DANS LE SECTEUR SANTÉ : GRÈVE DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE ● Grèves qui ont débuté au CHU Cochin sur le problème des fonctions hospitalières en troisième année, puis étendue aux 1ère et 2ème années. Devant le refus de toute concession de la part du Doyen et du syndicat autonome, les comités d’action UNEF étendent la grève CHU par CHU. Les mots d’ordre sont  la lutte contre la sélection, les problèmes du secteur santé, la lutte contre le  renforcement de la sélection. Cette grève qui a duré plus d’un mois s’étend à d’autres universités.
L’étudiant de France, Novembre 1969, Numéro Spécial élections M.N.E.F

NOVEMBRE 1969 ● UN NOUVEAU FRONT DE LUTTE : L’ORGANISATION DU SYSTÈME DE SANTÉ APRÈS MAI 1968 ● Les choix du Gouvernement place les médecins comme les relais des forces capitalistes par le soutien aux trusts pharmaceutiques, la réévaluation des honoraires, la reconnaissance du syndicat réactionnaire et anticonventioniste, le maintien du mandarinat et de la hiérarchie à l’Université, la rentabilisation des soins. Le secteur santé est un des piliers de l’expansion et de l’exploitation capitaliste.
Lire l’article de l’Etudiant de France, Novembre 1969, Numéro spécial élections M.N.E.F

NOVEMBRE 1969 ● LE SECTEUR SANTÉ PILIER DU CAPITALISME ●Une analyse du secteur Santé où l’on distingue l’idéologie propre au corps médical et la fonction idéologique de la santé. Présentation des forces réformistes, réactionnaires face aux forces révolutionnaires qui veulent engager une lutte contre la médecine au service du Capital.
●  Lire l’article de l’Etudiant de France, Novembre 1969, Numéro spécial élections M.N.E.F

OCTOBRE  – DÉCEMBRE 1969 ● AFFRONTEMENTS SOCIAUX SUR LES PROBLÈMES DE SANTÉ ● A PROPOS DE LA GRÈVE DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE ● Le mouvement de revendication des étudiants en médecine fait suite à la publication de l’arrêté dit « GUICHARD - BOULIN » et donne lieu dès sa publication le 26 septembre 1969 à une polémique qui oppose non seulement les étudiants, mais aussi les médecins, les enseignants et les politiques.
Le syndicat autonome des enseignants de médecine (avec l’appui  de l’Ordre des médecins) défend une sélection très sévère et le maintien du concours de l’internat, affirmant que l’afflux d’étudiants vers les facultés de médecine risque de créer une baisse de la qualité de la médecine.
Le Docteur J.C. AMZALAC, Médecin du dispensaire de Paris de la MNEF et P. DUPREZ, du comité d’action UNEF Médecine dénoncent ces arguments : pour eux, les défenseurs de la sélection sont aussi les défenseurs de la hiérarchie médicale, sont contre la démocratisation de l’exercice de la profession médicale. La sélection est un instrument des industries du médicament pour protéger leurs intérêts.
Recherches Universitaires N°1, Nouvelle Série. Édition MNEF, 1970

1970

JANVIER 1970 ● LES COMPAGNIES D’ASSURANCES Á L’ASSAUT DE LA MUTUALITÉ ● Les compagnies d’assurances et les mutuelles n’ont ni les mêmes droits ni les mêmes obligations. Les premières sont inscrites dans une logique de marché tandis que les mutuelles sont soumises à l’équilibre budgétaire des entrées et des sorties et les cotisations sont à taux prescrit. Pourtant il semble bien que le dumping commercial pratiqué par les compagnies d’assurance ne soit qu’un leurre et qu’en fin de compte le service rendu n’est pas celui attendu. En revanche, on s’aperçoit qu’en diminuant les taux de remboursement (Ordonnances de 1967), ce sont les assurés qui supportent la dépense et loin d’être une lutte d’intérêts commerciaux, ce sont les fondements de la protection sociale qui sont en jeu.
Lire le point de vue de Jean-Roger Fontaine in Recherches Universitaires, N°1, Janvier 1970

OCTOBRE 1970 ● LE POURQUOI DES LUTTES ?● Les récentes luttes des étudiants en médecine, des médecins psychiatres, des employés de la Sécurité Sociale, des travailleurs hospitaliers démontrent l’existence d’un terrain de luttes spécifique : le secteur santé. Ces quatre exemples de luttes récentes démontrent la nécessité d’une réorientation de la lutte dans ce secteur.
L’Etudiant de France, supplément au N°1, Spécial Rentrée, Octobre 1970

OCTOBRE 1970 ● POUR UNE AUTRE POLITIQUE DE SANTÉ ● SÉCURITE SOCIALE : LA RÉFORME DE 1967 ● A qui profite cette réforme ? La M.N.E.F a pour objectif la gratuité de la santé; Pour cet objectif elle prône la nationalisation et salariat médical, le développement de la médecine de secteur, la prise en compte des conditions de vie au travail, la gratuité des soins,et l' association des travailleurs dans les secteurs de santé et de prévention.
L’Etudiant de France, supplément au N°1, Spécial Rentrée, Octobre 1970


credits: Secrétariat de rédaction : Roger Barralis, Pierre Montacié, Jean-François Pertus, Jacques Sauvageot | Conception web Kaz design&web | Moka Studio